Contrôler son parc matériel grâce à la télématique

Ludovic Vimond - Réussir Grandes Cultures Avril 2013

Contrôler son parc matériel  grâce à la télématique
Utilisant la téléphonie mobile, la télématique permet la transmission d’informations auprès de l’agriculteur et du concessionnaire pour augmenter la productivité. © Claas

Nouveau service permettant d’augmenter les performances des engins, de rationaliser la logistique, de prévenir les risques de vol... la télématique permet de gérer son parc à distance.

Combien ça coûte ?

• Certains constructeurs, pour faire connaître leurs services, proposent souvent un abonnement gratuit d’un an, voire deux, sur les tracteurs haut de gamme et les engins de récolte. Ces services ne sont pas réservés aux grosses structures, dès lors qu’il y a deux personnes à travailler sur une exploitation.

• L’abonnement coûte entre 250 et 810 euros par an et par véhicule pré-équipé.

Également appelée télémétrie, la télématique est un système de transmission de données informatiques à distance. Générant un gain de productivité et de sécurité, elle intègre peu à peu le monde agricole. Elle consiste à recevoir, où que l’on soit, des informations visant à optimiser le travail effectué, à organiser le personnel et le matériel…
Elle est déjà présente dans notre quotidien, par exemple au travers de GPS de voitures qui reçoivent en permanence les informations de circulation et modifient au besoin le trajet à emprunter. Dans le monde agricole, la télématique commence à se démocratiser, sur les tracteurs, mais aussi sur les moissonneuses-batteuses, les engins de manutention, les automoteurs de pulvérisation ou encore les presses. Ces véhicules agricoles sont localisés par GPS et transmettent par la téléphonie mobile et par internet des informations au chef d’entreprise (exploitation agricole, ETA, concession).

Augmenter les performances

Selon les constructeurs, la télématique donne accès à un certain nombre d’informations sur les véhicules en fonctionnement, depuis son ordinateur de bureau ou son smartphone. Elle permet sur un tracteur de connaître sa localisation, les parcours réalisés, sa consommation, le nombre d’heures travaillées, le nombre d’heures passées au ralenti ou à pleine charge, l’état d’avancement du chantier dans la parcelle, mais également d’autres paramètres de fonctionnement. Le but est d’optimiser ces réglages en indiquant par téléphone au chauffeur les modifications à réaliser.
Ces informations donnent accès à un nouveau mode de facturation, notamment en Cuma, en différenciant la consommation et le nombre d’heures pour les travaux et ceux correspondant aux déplacements d’une exploitation à une autre. Elles permettent également de comparer plusieurs machines, plusieurs chauffeurs, toujours dans l’optique d’améliorer les performances. Sur les moissonneuses-batteuses, le suivi des paramètres de fonctionnement ouvre la voie à l’apprentissage et/ou le perfectionnement à distance.

Rationaliser la logistique

En sachant ce qu’il reste dans le réservoir du véhicule et en estimant le nombre d’heures de travail restant, le chef d’exploitation peut décider ou non de le ravitailler en carburant.
Par rapport à la problématique transport, lors d’un chantier de récolte de betteraves, l’échange d’informations entre le planteur, l’entrepreneur, la sucrerie et le transporteur permet d’optimiser le flux de camions en évitant les temps morts et les transports à vide.
Il en est de même pour le transport de fourrage. La connaissance du nombre de balles, de leur position dans la parcelle, du poids de chacune à l’issue du chantier de pressage donne accès au chargement optimisé, sans dépasser la charge admissible.

Capture d’écran 2013-04-09 à 14.39.56

AGCO

Prévenir les risques et les vols

Mais la télématique est également un moyen de contrôle des risques. Le chef d’exploitation peut en effet interdire ou maîtriser à distance certaines opérations, comme limiter la vitesse d’avancement d’un jeune conducteur intrépide, bloquer la prise de force… Il a également la possibilité de définir une aire de déplacement et une plage horaire d’utilisation. Si le tracteur est en fonctionnement hors de cette plage horaire et de la zone définies, l’agriculteur est prévenu par SMS, évitant ainsi tout risque de vol.

Anticiper la maintenance

S’il le souhaite, l’agriculteur souscripteur à la télématique donne peu ou prou accès aux concessionnaires aux informations des machines. Ces derniers peuvent alors anticiper les entretiens courants et appeler l’agriculteur pour minimiser l’immobilisation du matériel.
Le concessionnaire peut également détecter des anomalies de fonctionnement et diagnostiquer les pannes à distance, avec éventuellement la possibilité de les réparer sans se déplacer. À défaut, le mécanicien sait où et comment intervenir, se déplaçant avec les bons outils et les bonnes pièces, immobilisant, une fois encore, au minimum la machine.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier