Cultures d’hiver : le blé tendre et l’orge gagnent du terrain

MB

Cultures d’hiver : le blé tendre et l’orge gagnent du terrain

Après un faible niveau lié au gel en 2012, les surfaces de blé tendre et d’orge d’hiver devraient s’étendre en 2013. Celles de blé dur et de colza d’hiver, dont les prix ont été moins favorables durant l’automne, reculent.

En 2013, année de récolte de la campagne 2012-2013, la sole de blé tendre d’hiver devrait s’étendre de  +3 % par rapport au bas niveau de 2012 lié au gel de février. Les régions Lorraine, Champagne-Ardenne et Bourgogne gagneraient au total 165 milliers d’hectares.

Une hausse également liée au haut niveau de prix du blé tendre à l’automne 2012. De septembre à novembre, le blé tendre rendu Rouen s’affichait en moyenne à 40 % de plus qu’à la même période en 2011, et même 3 % de plus qu’en 2007.

Au cours de l’automne 2012, le différentiel de prix entre l’orge de mouture et le blé tendre s’accroît: la production abondante d’orge en 2012, liée aux ressemis en orge de printemps, a pesé sur les cours. En moyenne, de septembre à novembre, le rapport entre le cours de l’orge de mouture et celui du blé tendre chute à 0,9, alors qu’il dépassait 1 à la même période en 2011. Pour autant, les surfaces d’orge d’hiver sont prévues en hausse par rapport à 2012 mais resteraient toutefois inférieures de 4 % à la moyenne des cinq dernières années.  

En revanche, le rapport de prix entre le blé dur et le blé tendre à l’automne a joué en défaveur du blé dur. Au niveau national, la sole de blé dur perdrait 9 % sur un an, se situant 11 % en dessous de la moyenne 2008-2012. La baisse se concentrerait  en Midi-Pyrénées, Poitou-Charentes et Pays de la Loire,

De la même façon, les surfaces de colza d’hiver, qui représentent la quasi-totalité de l’ensemble des surfaces en colza, baisseraient de 5 % par rapport au niveau record de 2012.  Au niveau national, la sole resterait toutefois dans la moyenne des cinq dernières années.  

Source Agreste Conjoncture

Publié par MB

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier