Cultures intermédiaires : Un feuillage et des racines qui retiennent la terre

Nicole Ouvrard

Le couvert végétal protège le sol grâce à son feuillage et à ses racines. C'est la première motivation des agriculteurs qui se lancent dans le semis d'intercultures.

Le couvert hivernal stimule la vie microbienne et améliore la structure du sol grâce à une
action mécanique du système racinaire. De plus, la rugosité du sol est préservée car le
feuillage a un effet « parapluie » en évitant les impacts directs de la pluie. Par ailleurs, grâce
à l'implantation régulière de cultures intermédiaires, on peut améliorer la portance du sol,
donc allonger les périodes d'intervention avec des engins agricoles.
Le radis a un effet particulièrement structurant en profondeur, d'où un intérêt avant une
betterave. Une graminée, avec un système racinaire bien développé, a tendance à émietter
le sol. On l'utilisera avant pomme de terre ou bien si l'on a l'intention d'épandre du fumier.
Mais, incontestablement, la moutarde donne les résultats les plus satisfaisants quant à la
protection de la structure du sol, grâce à sa vitesse d'installation ainsi qu'à son taux de
couverture une fois installée, proche de 100 %. La couverture du sol dépend de l'espèce de
couvert, de la densité de levée, des conditions de croissance et de la date de destruction.



Le couvert végétal (ici moutarde) en hiver évite une reprise en masse du premier horizon du sol. (V.Marmuse / CAIA)

Le couvert végétal (ici moutarde) en hiver évite une reprise en masse du premier horizon du sol. (V.Marmuse / CAIA)

Ne pas surestimer les effets

Étant donné la diversité des types de sols en France, il est nécessaire de nuancer
l'efficacité des couverts sur la structure du sol : ces derniers ont une action de protection
des sols fragiles, mais ils n'ont pas le pouvoir de restructurer les zones compactées. « Ce
n'est pas un marteau-piqueur, plaisante Jérôme Labreuche, ingénieur d'Arvalis en charge
de ce dossier. Dans les sols bien structurés, avec un taux d'argile ou de matière organique
élevé, on ne constate pas d'effet notoire du couvert végétal. En revanche, sur des sols
fragiles tels que les limons, les limons sableux ou la craie, le couvert évite une reprise en
masse du premier horizon du sol. »

 

 

Source Réussir Céréales Grandes Cultures Mai 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier