Des maïs ukrainiens très compétitifs

Des maïs ukrainiens très compétitifs

Tous les indicateurs confortent la pression sur les marchés du maïs dans le monde, explique l’AGPM dans sa dernière lettre économique. En France, alors que les récoltes s’éternisent, le maïs français est concurrencé à l’export par la production ukrainienne.

Alors que les États-Unis achèvent les récoltes dans de bonnes conditions (84% des surfaces récoltés à ce jour), avec une production attendue autour des 355 Mt (soit 37% de la production mondiale), la production mondiale de maïs est prévue à un niveau record (957 Mt selon l’USDA).

Au niveau de la consommation, l’agence américaine EPA (Environmental Potection Agency) propose la réduction des quotas attribués à la production d’éthanol pour 2014. Cette proposition est actuellement soumise à la consultation publique et devra être validée par la Maison Blanche. Elle contribue à maintenir la pression sur les cours mondiaux. Malgré des retards, la météo sur l’Amérique du Sud devrait permettre la réalisation des semis et ainsi conforter les perspectives de production pour 2014.

 

Europe : Conditions humides à l’Ouest

Capture

En Europe, suite aux conditions météorologiques très humides sur l’Ouest de l’Europe, Stratégie-Grains révise en légère baisse la production de l’UE-28 à 64,8 Mt, notamment en réévaluant à la baisse les productions allemande, française et italienne, compensée par une augmentation des prévisions de production hongroise et roumaine.

En France, FranceAgriMer revoit ses estimations de production à la baisse et estime la récolte à 15,2 Mt. Les récoltes sont freinées par la pluie et FAM estime à 58% les surfaces récoltées le 11 novembre (contre 88% l’an dernier à la même date). Le retard est beaucoup plus marqué sur le Sud-Ouest, avec 37 % des surfaces récoltées sur l’Aquitaine (contre 90% l’an dernier) et 45% en Midi- Pyrénées (contre 95%).

France : baisse des exportations

Du côté des échanges commerciaux, l’Ukraine poursuit ses exportations avec un rythme hebdomadaire qui frôle le million de tonnes de céréales, confirmant l’amélioration des structures de chargement, ce qui devrait permettre à l’Ukraine d’exporter l’ensemble de son disponible à destination de l’UE, de la Chine et du Nord de l’Afrique, précis l’AGPM. 

maPis prix 2013

La compétitivité des maïs pays tiers reste forte sur l’UE. Ainsi, sur le nord comme sur le sud, l’origine ukrainiennes reste la plus compétitive, suivie du maïs américain, hongrois, brésilien, argentin et enfin français. Ceci devrait contribuer à l’augmentation des imports pays tiers sur l’UE attendues autour des 10 Mt (contre 6 Mt en moyenne quinquennale), dont 70% d’origine ukrainienne.

La faible compétitivité du maïs français par rapport au maïs ukrainien devrait également fortement réduire les capacités d’exportation françaises vers l’UE. Cela devrait conduire, selon FranceAgriMer, à une augmentation du stock national à hauteur de 2,95 Mt.

Source AGPM (Lettre économique ) / FAM

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires