Europe : Manifestations contre Monsanto et les OGM

Europe : Manifestations contre Monsanto et les OGM
Des manifestations ont également eu lieu aux USA et au Canada (ici vancouvert. Photo Occupy-Monsanto)

Des milliers de personnes ont manifesté samedi dans plusieurs villes européennes, notamment aux Pays-Bas, en France, en Autriche et en Allemagne, pour protester contre le géant américain de l'agrochimie Monsanto, et plus généralement contre les OGM et les pesticides.

A Paris, plusieurs centaines de protestataires de tous âges s'étaient rassemblés pour un sit-in sur la place du Trocadéro dans le cadre d'une "mobilisation citoyenne mondiale" initiée via les réseaux sociaux par le mouvement Occupy-Monsanto. Portant pour la plupart des autocollants "Vade retro Monsanto", les manifestants, parfois venus avec des enfants, réclamaient un étiquetage obligatoire des produits contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM). "OGM, ni dans nos champs ni dans nos assiettes", proclamait ainsi une pancarte; "Monsanto pille et tue les paysans et la planète", pouvait-on lire sur une autre.

Le mot d'ordre demandait également au gouvernement français de faire jouer le principe de "précaution alimentaire" et de protéger les semences du rachat par des multinationales agro-alimentaires. A Strasbourg, entre 350 et 450 manifestants ont défilé de la place du Parlement européen au centre-ville. Aux Pays-Bas, les rassemblements ont réuni, selon les organisateurs, plus de 4.000 personnes, en particulier à Wageningen, centre de l'industrie agroalimentaire situé dans l'est du pays et surnommé la "Food Valley". A Amsterdam, ils étaient 1.200 à manifester sur le Dam, la place centrale.

A ce jour, deux OGM seulement ont été autorisés à la culture dans l'Union européenne : la pomme de terre Amflora, développée par le groupe allemand BASF, qui s'est avéré un échec commercial, et le maïs OGM MON 810 produit par Monsanto. La culture du MON 810 a été autorisée en 1998 pour 10 ans. Monsanto a demandé le renouvellement de ce permis en 2007, mais le processus d'autorisation est gelé en raison de l'hostilité de plusieurs États. Huit pays européens --France, Allemagne, Luxembourg, Autriche, Hongrie, Grèce, Bulgarie et Pologne-- ont adopté des clauses de sauvegarde pour interdire sur leurs territoires la culture des OGM autorisés.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier