Fnams : Malgré une année difficile, les multiplicateurs de semences restent ambitieux

Emmanuel Baratte

Face à l'évolution des réglementations, les multiplicateurs veulent faire reconnaître la spécificité de leurs productions, soumises à un obligation de résultat.

« Les conditions de récolte extrêmement difficiles ont souvent saccagé leur potentiel »,
regrette Yvette Thomas, présidente de la région Ouest Océan de la Fédération nationale
des multiplicateurs de semences (FNAMS), qui tient son congrès national à La Rochelle le 6
juin. La récolte 2007 restera de triste mémoire pour bien des producteurs, avec souvent
des pertes sèches, notamment en potagères et fourragères qui ne peuvent être vendues
en consommation (comme les céréales) lorsque les critères du cahier des charges ne sont
pas atteints. De plus certains multiplicateurs se découragent face à des impasses
techniques liées au durcissement de la réglementation phytosanitaire et aux prix élevés des
céréales qui gomment bien souvent le « plus » d'un contrat de semences.

Robert Pellerin, président de la Fnams : « Il n'y a pas de qualité des semences sans protection phytosanitaire. » (DR)

Robert Pellerin, président de la Fnams : « Il n'y a pas de qualité des semences sans protection phytosanitaire. » (DR)

Des dérogations pour les phytos

« Je veux rester optimiste », affirme cependant Robert Pellerin, président de la FNAMS,
rappelant qu'une production « de semences de haute qualité restera toujours indispensable
aux filières agricoles. La multiplication française est la deuxième dans le monde et maîtrise
un savoir-faire reconnu ». Sur tous les segments — grandes cultures, fourragères et
potagères — les conditions du marché ont évolué de telle manière que les établissements
sont à la recherche d'agriculteur pour multiplier. « Ils ont consenti des efforts considérables
sur les prix pour placer des contrats et passent souvent des accords sur deux ans pour
garantir la fourniture de leurs marchés. » Autre cheval de bataille : les contraintes de
production croissantes liées aux réglementations, sources d'impasses techniques. La
Fnams en a fait le thème de son congrès et plaide pour faire reconnaître la particularité de
la multiplication, dont le cahier des charges officiel comporte une obligation de résultat sur la
pureté spécifique, la germination…

Robert Pellerin, président de la FNAMS. « Notre congrès a pour thème ‘Produire plus et mieux
avec plus de contraintes', pour défendre l'idée qu'il n'y a pas de qualité des semences sans
protection phytosanitaire. »

Source Réussir Céréales Grandes Cultures Juin 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier