Fortuna, pomme de terre OGM, attend le feu vert européen

S C

Fortuna, pomme de terre OGM, attend le feu vert européen
Son introduction sur le marché serait prévue pour 2014 ou 2015 (DR).

Le groupe allemand BASF a demandé à la Commission européenne d'autoriser, dès 2014, la culture d'une pomme de terre OGM destinée à l'alimentation humaine. L'instruction du dossier doit désormais passer par l'avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

Baptisée "Fortuna", son introduction sur le marché est "prévue pour 2014 ou 2015", avait annoncé le numéro un européen de la chimie. "C'est préjuger de l'analyse scientifique et de la réaction des Etats", a rétorqué aujourd’hui à l'AFP Fréderic Vincent, porte-parole du commissaire John Dalli chargé du dossier. L'instruction du dossier doit être poursuivie par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

En tout état de cause, cette pomme de terre devra être, en cas d'autorisation, commercialisée comme une "pomme de terre OGM" et cette information pour les consommateurs sera précisée par étiquetage, qu'elle soit vendue en vrac ou comme un produit transformé, a-t-il précisé.

Fortuna est une dérivée de la Fontane, une des variétés les plus utilisées pour la fabrication de frites. Cette modification génétique lui permet d’acquérir une résistance au mildiou, maladie très répandue et actuellement traitée par l'utilisation intensive de fongicides.

Les consommateurs et les producteurs décideront de l'avenir de la Fortuna, estime Fréderic Vincent. "Les producteurs de pommes de terre ont-ils besoin d'une pomme de terre génétiquement modifiée ? Les consommateurs vont-ils l'acheter ? Ce sont les questions posées", a-t-il expliqué. "Ce n'est pas à la Commission d'y répondre", a-t-il soutenu.

La production et la commercialisation (par BASF) d’une autre pomme de terre OGM, Amflora, destinée à la pâte à papier, a été autorisée dans l'Union européenne en mars 2010, y compris pour l'alimentation humaine, après 13 ans de procédures et pour une durée de dix ans (expiration le 1er mars 2020). Amflora est aujourd’hui cultivée sur moins de 300 hectares dans seulement trois États.

Sur le même sujet

Commentaires 4

Laclem91

C'est vrai,les industriels de la chimie ne gagnent pas assez... Il faut leur ouvrir de nouveaux débouchés.......
Si l'UE laisse faire, qui protègera les exploitants de la mise en esclavage par les industriels?

momo

Ne nous laissons pas faire!!!
Réagissons.

Corsica

Elle ne s'appelle pas Fortuna pour rien...

cdric22

genial une firme philanthrope , des ogm que la population rejette en masse, bilan le paysan va pouvoir produire plus pour gagner moins...merci basf

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires