Grandes Cultures : une réponse au changement climatique ?

SC

Grandes Cultures : une réponse au changement climatique ?
Le retour au sol d’une partie des pailles contribue au stock de carbone à hauteur de 2.2 tonnes équivalent CO2 /ha/an (DR)

A la veille de la COP 21, Orama revendique la prise en compte de la contribution positive du secteur des grandes cultures dans la lutte contre le changement climatique.

« Avec 250 Mt de CO2 captés par an pour la photosynthèse, les grandes cultures sont un des rares secteurs capables de participer à la capture du CO2 à grande échelle » explique dans un communiqué le syndicat professionnel représentant les producteurs de maïs, de blé et d'oléoprotégineux.

Grâce au retour au sol d’une partie des pailles, le secteur des Grandes Cultures contribuerait au stock de carbone existant à hauteur de 2.2 tonnes équivalent CO2 /ha/an. Par ces deux moyens, les grandes cultures contribuent donc à la baisse d’émission de gaz à effet de serre donc à l’atténuation des effets du changement climatique.

Biomasse et alimentation animale : des contributions positives 

Orama met également en avant d’autres contributions positives comme les biocarburants, bioénergies, méthanisation, chimie du végétal, qui permettent de substituer du carbone végétal au carbone fossile. «Le secteur des grandes cultures français est prêt à répondre au double défi du changement climatique et de la sécurité alimentaire mondiale», affirme le président d’ORAMA, Philippe Pinta. Mais sa contribution impose « de produire plus et donc de préparer dès maintenant l’agriculture performante de demain».

Source Orama

Sur le même sujet

Commentaires 7

kristel

@pickle
et les 49% restants vous en faites quoi? tout est relatif... en effet!!!

mimile

Orama est toujours dans le déni de réalité, ça montre bien son niveau de conscience du risque climatique.
Les engrais azotés sont les plus gros contributeurs de GES avec le protoxide d'azote, bien plus dangereux encore que le méthane. Comme le disent les posts précédents, aller vers des COP servant surtout à nourrir les hommes, et de la viande faite à partir de prairies naturelles semble une piste à suivre.

cunningh

A propos de la capture du CO2 il ne faut pas oublier comment est fabriqué l'engrais azoté: à partir du pétrole permettant de concentrer l'azote de l'air.
La combustion du pétrole ne participe malheureusement pas à la capture du CO2. Voir: http://www.oleocene.org/wiki/index.php/P%C3%A9trole_et_agriculture

@pickle

Le vrai probleme n est pas l élevage , c est bien nos modes de consommation de surconsommation même et qu il y a bien trop d humain , mais chut c pas politiquement correct

skippy

Orama fait de la propagande! Ils veulent nous faire croire ça avec des sols à moins de 2% d'humus! Avec le labour, les pailles en question sont minéralisées dans l'année et le carbone retourne dans l'atmosphère. Les prairies longue durée par contre stockent le carbone sur une grande période.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier