Hausse des surfaces en cultures de printemps

Hausse des surfaces en cultures de printemps
La sole d’orge de printemps se hisserait en 2012 au record absolu de 866 milliers d’hectares.

Au 1er mai 2012, les surfaces en céréales à paille sont estimées à 7,4 millions d’hectares. La sole en céréales d’hiver chute, principalement dans les régions du Nord-Est qui ont subi les dégâts du gel de février. En parallèle, les semis de printemps se portent à un niveau record à la faveur des remplacements.

Recul des surfaces en blé tendre et orge d’hiver

La sole de blé tendre se réduirait de 5 % par rapport à 2011. Les dégâts du gel sont surtout localisés dans les régions du Nord et de l’Est. La surface de blé tendre reculerait de plus de la moitié en Lorraine, du quart en Champagne-Ardenne, et de 14 % en Bourgogne suite aux retournements de parcelles. Ces trois régions représentaient en 2011 le cinquième de la sole totale de blé tendre. L’Alsace et la Franche-Comté sont également touchées, avec des surfaces en recul de respectivement 20 % et 9 %. Le blé tendre de printemps serait assez peu utilisé dans les ressemis. Malgré une nette hausse par rapport à 2011, il représenterait moins de 1 % des surfaces totales en blé tendre.

Les surfaces en orge d’hiver chuteraient de 13 %, pénalisées par le gel. Sur l’ensemble des régions Bourgogne, Champagne-Ardenne, et Lorraine, qui rassemblaient en 2011 le tiers de la sole française avec 341 milliers d’hectares, la surface d’orge d’hiver reculerait de 42 %. Par ailleurs, la sole d’orge d’hiver reculerait de 5 % dans le Centre, première région productrice en 2011.

Hausse des surfaces en cultures de printemps

Des surfaces d’orge de printemps à un niveau record suite aux ressemis

Lorsque les parcelles affectées par le gel ont été retournées, les remplacements auraient été le plus souvent effectués en orge de printemps. Ainsi, la sole d’orge de printemps se hisserait en 2012 au record absolu de 866 milliers d’hectares. La moitié des surfaces en orge seraient de l’orge de printemps, contre seulement 30 % en moyenne sur la période 2007-2011. Au total, la sole d’orge gagnerait 240 milliers d’hectare par rapport à 2011, se plaçant 5 % au-dessus de la moyenne des cinq dernières années. En outre, la sole en orge était tombée à un niveau assez bas en 2010 et 2011 après un point haut en 2009.

La sole de triticale, en hausse depuis plusieurs années, continuerait à se développer. Traditionnellement implantée dans les régions d’élevage, cette céréale serait surtout présente en 2012 en Pays-de-la-Loire, Bretagne et Midi-Pyrénées.

Extension de la sole de maïs-grain

La surface totale semée en maïs (grain et fourrage) serait stable par rapport à 2011, avec 3 millions d’hectares. La destination finale entre grain et ensilage dépendra notamment des stocks de fourrage des éleveurs. Alors que la sole en maïs-grain est estimée en hausse, les surfaces destinées au maïs-fourrage reculeraient.

La sole de maïs-grain (y compris semences), avec 1,67 million d’hectares, se placerait au-dessus du niveau des deux dernières années, sans atteindre les hauts niveaux de 2008 et 2009.

Oléagineux, protéagineux et betteraves

La sole de colza baisserait légèrement par rapport à 2011. Elle diminuerait notamment en Champagne- Ardenne, Lorraine, et Bourgogne suite au gel, mais s’étendrait en Picardie et Poitou-Charentes. Estimée à 1,54 million d’hectares, elle serait à un niveau élevé, supérieure de 2 % à la moyenne 2007-2011 déjà haute.

La sole de tournesol, à 754 milliers d’hectares, s’étendrait un peu. Elle dépasserait les niveaux des cinq dernières années, mais resterait loin des records des années 1990. En 2012, Midi-Pyrénées et Poitou- Charentes représenteraient 53 % de la sole totale en tournesol, malgré un recul des surfaces en Poitou-Charentes.

La sole des protéagineux diminuerait pour la deuxième année consécutive, après avoir atteint un niveau record en 2010 suite aux aides mises en place. Les surfaces en pois reculeraient de 12 %, avec une baisse marquée dans le Centre et en Picardie, les deux premières régions productrices en 2011.

En 2012, les surfaces de betteraves, avec 397 milliers d’hectares, resteraient au niveau élevé de 2011 (+ 0,9 %). Elles se placeraient 5 % au-dessus de la moyenne des cinq dernières années. Les régions Picardie, Champagne-Ardenne, et Nord-Pas-de-Calais concentreraient 70% de la surface totale.

Source Agreste

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier