Insectes pollinisateurs : Le gouvernement au chevet des abeilles

Christian Gloria

La remise du rapport parlementaire « Pour une filière apicole durable » doit se traduire par un plan pour la sauvegarde des abeilles.

La situation des abeilles nécessite des mesures d'urgence. Député de Haute-Savoie, Martial Saddier a remis un rapport parlementaire « Pour une filière apicole durable »(1) qui lui avait été demandé par François Fillon, Premier ministre. Il en a présenté les conclusions lors d'un déplacement en Essonne chez un apiculteur en compagnie de Michel Barnier, ministre de l'Agriculture et de Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'État chargée de l'Écologie.

« La surmortalité des insectes pollinisateurs et des abeilles en particulier n'est pas contestable avec des mortalités annuelles communément constatées de 30 à 40 % », présente le rapport de Martial Saddier. Une filière apicole doit être organisée en la considérant comme une filière animale à part entière. Une interprofession apicole définira un statut entre l'apiculteur de loisir et celui qui vit de ce métier.

Pour rendre tangible la filière, la déclaration annuelle des ruches sera obligatoire à compter du 1er janvier 2010. Ces mesures figurent au titre d'amendements dans le projet de loi Grenelle 1 tout comme la mise en place d'un «Institut technique et scientifique de l'abeille » qu'une plate-forme de travail aura pour mission de mettre en place. Cet institut pourrait être adossé à l'Acta dans un premier temps. Il sera chargé d'élaborer et d'analyser les programmes de recherche de la filière.

Les abeilles (avec la reine ici) pourraient avoir, à terme, leur institut technique et scientifique qui serait adossé à l'Acta. (C. Gloria)

Les abeilles (avec la reine ici) pourraient avoir, à terme, leur institut technique et scientifique qui serait adossé à l'Acta. (C. Gloria)

Un Monsieur abeille

Michel Barnier a nommé un «Monsieur Abeille», Jean-Pierre Comparot, chargé de la coordination de ce dossier. « Ce plan pour les abeilles est une des briques de la politique globale pour une agriculture durable que je mène au sein du ministère depuis plus d'un an », appuie le ministre de l'Agriculture. Monsieur Abeille aura un défi de taille : organiser la représentation de la filière apicole. « Les questions relatives à la place du syndicalisme ainsi qu'à l'indépendance scientifique et technique doivent être débattues », relève le rapport.
Vaste programme !

(1) www.agriculture.gouv.fr

Source Réussir Céréales Grandes Cultures Novembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier