Intensification des exportations de blé français en 2013-2014

MB avec AFP

Intensification des exportations de blé français en 2013-2014

Le conseil spécialisé des céréales de FranceAgriMer a dressé un première estimation de la campagne 2013-2014 lors d’une réunion mercredi 11 septembre. L’origine française intéresse les pays tiers et la récolte s’annonce satisfaisante en volume ainsi qu’en qualité.

Malgré des conditions climatiques pas toujours facile, les moissons 2013 ont débouché sur une récolte de céréales estimée à 67,5 millions de tonnes et relativement stable par rapport à 2012. Avec une récolte estimée à 36,7 Mt, le blé tendre devrait enregistrer une hausse de 3% par rapport à l’année dernière. Celle de maïs est attendue à 15,7 Mt, en progression de 1,9% sur un an.  

Concernant les marchés, FranceAgriMer prévoit des exportations de blé tendre en hausse à 18,2 Mt contre 17,2 Mt en 2012-2013. Olivia Le Lamer, chef de l’unité des grandes cultures explique que le niveau des exportations est « élevé car l’origine française reste incontournable ». Les perspectives d'exportation vers l'UE sont en baisse par rapport à l'an passé, 7,1 Mt de blé tendre (contre 7,2 Mt en 2012-2013), 3,6 Mt d’orge (4,2 Mt) et 5,6 Mt de maïs (5,9 Mt), au contraire l’exportation vers pays tiers augmente de 1,1Mt (11 Mt contre 9,9Mt).

« Bonne qualité des blés »

Par ailleurs, sur le plan qualitatif, d’après FranceAgriMer 23 Mt entreraient dans la classe des blés meuniers supérieurs contre 18,5 Mt en 2012. M. Haquin, président du conseil spécialisé de FranceAgriMer, a relevé que cette « bonne qualité des blés » était « susceptible de modifier l'allure des exportations françaises dans les mois à venir ». La teneur en protéines s’établit en moyenne à 11,2% (contre 11,4%). Malgré cette insuffisance qui est depuis longtemps un facteur handicapant pour l'export vers les marchés les plus exigeants, M. Haquin a insisté « nous restons confiants sur les possibilités françaises avec des perspectives d'ouverture en blé en Arabie Saoudite et en Chine ».  Même si pour le moment,  le coût élevé de la logistique française « dessert » les ventes à l'international, a-t-il relevé.

De nouveaux débouchés pour le blé tendre

1,6 Mt de blé tendre (contre 1,2 Mt) ont déjà été chargées dans les ports français à destination de l’international. Les exportations françaises se sont toutefois heurtées à une forte concurrence des exportations russes, ukrainiennes et principalement roumaines vers le très gros importateur qu'est l'Égypte.

Les cargaisons ont été destinées à l'Algérie mais aussi au Yémen et aux pays d'Afrique subsaharienne. La surprise a été créée par des commandes de la Chine et de l’Arabie Saoudite qui pourraient modifier le profil des exportations françaises hors UE. Cette demande de la Chine est liée à des problèmes de qualité à cause du climat, et à un bas niveau de stock. De son côté l'Arabie Saoudite a, elle, «  vocation à arrêter sa production de blé à cause de problèmes de ressource en eau... » a expliqué Olivia Le Lamer.

Publié par MB avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier