Intrants : La semence de ferme sous le feu des contrôles

Gabriel Omnès

Regain de tension à propos des semences de ferme, tandis que le taux d'utilisation de semences certifiées stagne à 52 % en blé.

Nouvelle passe d'armes entre les partisans de la semence de ferme et l'industrie semencière. La Coordination nationale pour la défense des semences fermières (CNDSF) s'insurge contre la recrudescence des contrôles sur les chantiers de tri et dénonce une « tentative d'intimidation des trieurs à façon et des agriculteurs qui veulent produire leurs semences ». « Sinon, pourquoi viennent-ils, y compris sur les chantiers de blé, alors que l'on paie une CVO ? », s'interroge la CNDSF.

Les semenciers dénoncent une « concurrence déloyale ». (S. Leitenberger)

Les semenciers dénoncent une « concurrence déloyale ». (S. Leitenberger)

Chasse aux échanges

Du côté du Gnis, on reconnaît la pression accrue exercée sur les trieurs à façon, avec une quarantaine de « descentes » ayant donné lieu à des procès-verbaux à l'automne dernier. « Il s'agit de lutter contre une concurrence déloyale, et de vérifier que les agriculteurs ne s'organisent pas entre eux pour échanger des variétés », ce qui est interdit, répond Pascal Mombled, de l'Union française des semenciers. « Il n'est pas question d'opposer semenciers professionnels et trieurs, mais que tout le monde respecte la réglementation », notamment celle portant sur la protection de l'environnement et des hommes. L'enquête annuelle menée par le Gnis révèle que 52 % des surfaces en blé tendre ont été emblavées avec de la semences certifiée pour la campagne 2010-2011, un niveau identique à l'an passé.
Le prix reste la motivation numéro 1 des utilisateurs de semences de ferme, suivie cette année par la disponibilité. Pour la CNDSF, la relance des protéagineux n'aurait pas été un tel succès sans les semences fermières, faute de semences certifiées. Elle appelle à un assouplissement de la réglementation jugée inadaptée aux contraintes agricoles.

Source Réussir Grandes Cultures Avril 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier