L’agriculture crée de moins en moins de richesse

Gabriel Omnès - Réussir Grandes Cultures Février 2013

L’agriculture crée de moins en moins de richesse

La valeur ajoutée globale de l’agriculture française a nettement reculé depuis les années 1970. Le maintien, voire la hausse du revenu par actif, n’est permis que par la baisse du nombre de chefs d’exploitation.

Depuis les années 1960, l’agriculture crée de moins en moins de richesse en valeur : c’est l’un des aspects mis en lumière par l’ouvrage Le Monde agricole en tendances, un portrait prospectif du secteur agricole français publié à la Documentation française. La valeur ajoutée dégagée par la ferme France s’érode en effet depuis cette époque, que l’on considère la valeur ajoutée brute, nette, ou en y ajoutant les subventions. Pour les auteurs du document, « cette baisse s’explique notamment par une diminution des prix des consommations intermédiaires moins rapide que celle des prix agricoles » et par « un transfert de valeur ajoutée vers les filières d’aval et les agrofournisseurs ».

Fonte des effectifs

L’évolution du revenu net d’entreprise agricole reproduit la courbe de la valeur ajoutée. En revanche, le revenu net d’entreprise par actif non salarié a progressé depuis 1959 : lentement jusqu’à la fin des années 1980, puis plus rapidement jusqu’aux années 2000. La période plus récente est délicate à analyser compte tenu de fortes fluctuations. Si le revenu moyen par actif résiste, c’est en raison de la fonte des effectifs des chefs d’exploitation, population qui a diminué de trois quarts depuis 1960.
Pour Sophie Devienne, chercheuse en agriculture comparée à AgroParisTech, « il n’est pas satisfaisant d’avoir une augmentation de la productivité du travail et, au final, une création de richesse qui ne fait que baisser ». Et de s’interroger sur la question « des subventions publiques qui aboutissent à une perte de valeur ajoutée ». Pour la scientifique, ce constat incite à changer de paradigme et à développer des systèmes créateurs de valeur ajoutée en abaissant les coûts en s’appuyant sur les processus biologiques et non sur la seule technique.

Repère n°1 : productivité

La productivité du travail a triplé en agriculture depuis les années 1950, soit une augmentation plus importante que dans tous les autres secteurs de l’économie. Cette évolution, associée au mouvement rapide de modernisation de l’agriculture française pendant la seconde moitié du XXe siècle, s’est accompagnée d’une capitalisation croissante, d’une dépendance accrue aux intrants et d’un accroissement de la taille des structures, tandis que des territoires entiers se sont spécialisés. La plus forte prise en compte des enjeux environnementaux pourrait limiter la poursuite de cette tendance.

Repère n°2 : prix à la production

Les prix à la production ont fortement chuté depuis 1960. En indice base 100 à cette date, le prix à la production du blé tendre a constamment reculé pour atteindre un indice de 20 en 2005, avant que la courbe n’amorce une remontée pour se hisser à 32 en 2007. Le lait et les gros bovins ont vu leur prix à la production suivre la même tendance, mais avec une pente moins marquée. Le prix des consommations intermédiaires et des équipements baissent quant à eux nettement moins vite, ce qui crée une tension sur le revenu agricole.

Repère n°3 : Informatisation

Selon les auteurs du Monde agricole en tendances, « après la mécanisation, c’est l’informatisation qui transformera les processus de production, de gestion et de commercialisation ». Autre évolution possible : « l’agriculture par délégation », qui pousserait plus loin la logique de recours à des prestataires déjà à l’œuvre depuis les années 1990, ainsi que le développement des formes de travail collaboratif.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 1

heure399

j'ai déja lu cet article il y a à peu près vingt ans, ainsi que les solutions préconisées . nos "réfléchisseurs" agricoles tournent autour du pot en psalmodiant des incantations magiques, et l'agriculture s'effondre .

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires