La baisse des prix alimentaires mondiaux se poursuit

La  baisse des prix alimentaires mondiaux se poursuit

Les prix alimentaires mondiaux ont poursuivi leur mouvement à la baisse en janvier, selon l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO), qui s'attend à une production céréalière "exceptionnelle".

Selon la FAO, l'indice des prix alimentaires, qu'elle établit chaque mois grâce à cinq familles de produits de base - céréales, viandes, lait, huiles et sucre -, a baissé de 1,9% par rapport à décembre 2014 pour s'établir à 182,7 points.

Cette baisse traduit les bonnes anticipations en ce qui concerne la production agricole. La FAO a d'ailleurs révisé ses estimations de la production céréalière mondiale de 2014 à un niveau record, et d'après les premières prévisions, elle s'attend à des récoltes favorables pour 2015.

L'estimation de la production de céréales pour 2014 a été révisée à la hausse avec 2.534 millions de tonnes, sous l'effet de meilleures perspectives pour les céréales secondaires, selon la FAO.

Les bonnes conditions de l'offre ont fait baisser les prix du blé, de la viande de porc et de l'huile de soja, a encore relevé l'organisation, qui a son siège à Rome.

Des stocks céréaliers mondiaux estimés à  623 Mt

L'indice des prix des céréales est ainsi en baisse de 2,9% par rapport à décembre, et inférieur de 34% à son pic du mois de juin 2008. Les cours mondiaux du blé ont chuté de 7% par rapport à décembre, ce qui reflète une offre abondante.

En 2015, les stocks céréaliers mondiaux sont estimés à environ 623 millions de tonnes, en hausse de 8% par rapport à il y a un an. Les stocks de blé et de maïs devraient augmenter, tandis que ceux du riz devraient baisser de quelque 4 millions de tonnes en 2015, avec d'importantes réductions en Inde, en Indonésie et en Thaïlande.

L'indice des prix alimentaires mondiaux affiche une tendance à la baisse depuis avril 2014. Le déclin de janvier est déterminé en partie par l'abondance des stocks, par le raffermissement continu du dollar ainsi que par les faibles prix du pétrole.

L'indice des prix de la viande est le seul à avoir augmenté depuis janvier 2014 (+6,6%). C'est l'indice des produits laitiers qui a accusé le plus fort repli durant la même période de 12 mois (-35%).

 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier