La luzerne bénéficie du plan protéines

Nicole Ouvrard - Réussir Grandes Cultures Janvier 2013

La luzerne bénéficie du plan protéines
Chantier de récolte de luzerne déshydratée. © D. Lucas

Chez les déshydrateurs de luzerne, on s’attendait au pire pour la première année de découplage total des aides à la production. « Après la première phase de découplage en 2006, les surfaces avaient plongé de 25 %, se souvient Jean-Pol Verzeaux, président de Coop de France déshydratation. Cela n’a pas été le cas cette fois-ci ». Les surfaces étaient de 64 000 hectares en 2012, en baisse de 2 000 hectares par rapport à 2011. « La luzerne bénéficie toujours du plan protéines qui assure une aide de 125 euros à l’hectare, poursuit-il. Celle-ci est très importante pour conserver un intérêt économique par rapport au blé. »
La demande en luzerne reste soutenue. « Je ne sais pas comment on va faire pour passer la période de soudure entre l’ancienne et la nouvelle campagne », s’inquiète même Serge Faller, directeur général de Desialis. Le prix de la luzerne ne s’envole pas pour autant car les éleveurs ne pourraient pas absorber des hausses importantes. « C’est pourquoi il est très important de conserver un plan protéines dans la future PAC », insiste Jean-Pol Verzeaux. Pour l’heure, le Conseil régional de Champagne-Ardennes a décidé de verser aux producteurs en 2013 une aide à la semence pour une enveloppe de 300 000 euros. « D’autres plans protéines régionaux suivront », assure le président.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier