La politique agricole européenne à contre-courant de celle des autres grandes puissances agricoles mondiales

Nicole Ouvrard - Réussir Grandes Cultures Janvier 2013

La politique agricole européenne à contre-courant de celle des autres grandes puissances agricoles mondiales
G. Boulougouris/CE

Alors que les aides européennes baissent ces dernières années, on observe un mouvement inverse dans les autres grandes puissances agricoles mondiales.

Au cours de la période 2005 à 2010, les soutiens globaux à la production agricole (SGPA) par habitant ont progressé régulièrement aux États-Unis, au Brésil et en Chine (respectivement + 40 %, + 60 % et + 130 %) alors qu’ils se sont à peine maintenus dans l’Union européenne. C’est le résultat des travaux du Momagri, le think-tank qui prône une organisation mondiale de l’agriculture.
Dans l’UE, les soutiens globaux à l’agriculture ont progressé entre 2005 et 2008 pour ensuite diminuer de 10 % depuis cette date. Ils s’établissaient en 2010 à 152 euros par habitant et par an (202 US$), soit du même ordre que ceux du Brésil
(195 US$), mais davantage qu’en Chine (113 US$) et beaucoup moins qu’aux États-Unis (512 US$). On voit ainsi que l’Union européenne adopte depuis 2008 une politique opposée à celle des autres grandes puissances agricoles de la planète.

Décrochage de l’UE

L’Europe soutient son agriculture en grande majorité grâce à des aides au niveau de vie des agriculteurs (64 % des soutiens globaux de 2010), ce qui est une spécificité de la politique agricole européenne. Rien à voir avec les soutiens américains qui se font majoritairement par un dispositif d’aide alimentaire interne (54 % des soutiens) mais aussi des aides contra-cycliques complétées par des mécanismes assurantiels.
Momagri considère que le système européen d’aides forfaitaires est inadapté alors que les autres États font preuve d’innovation pour sécuriser la production agricole et surtout pour faire face à la volatilité des marchés mondiaux. « La baisse des soutiens et leur inadaptation entraînent un décrochage de l’UE d’autant plus préoccupant qu’il serait aggravé par le projet de réforme de la PAC », souligne-t-il.

Capture d’écran 2013

Indicateur SGPA

Momagri a mis au point l’indicateur de « soutiens globaux à la production agricole » (SGPA) s’appuyant sur les données de l’OCDE, mais qui reflète mieux les politiques agricoles d’aujourd’hui. En effet, il prend davantage en compte la globalité des soutiens publics à la fois directs et indirects (comme l’aide alimentaire), budgétaires et extrabudgétaires (comme les taux de change).

En milliards

En valeur absolue, les soutiens globaux à la production agricole en 2010 sont les plus élevés aux États-Unis avec 163 milliards US$, suivis de la Chine (154 milliards US$), puis de l’UE avec 101 milliards US$ et enfin du Brésil (38 milliards US$).

En Chine

Le gouvernement chinois mène une politique interventionniste visant à sécuriser sa production agricole qui passe par des prix minimums garantis des produits agricoles (258 US$/t pour le blé et 291 US$/t pour le riz), des aides directes au revenu, des programmes de protection sociale et des allègements fiscaux pour les agriculteurs.

Au Brésil

Le Brésil déploie une politique de soutien à la compétitivité de son agriculture et de stimulation de la demande intérieure, présentant des convergences avec la politique agricole américaine. Ces aides se traduisent par des interventions directes sur les marchés, des soutiens à l’investissement, des dispositifs de stockage. Mais la majorité des soutiens (42 % du budget agricole brésilien) est consacré aux biocarburants. 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 3

geo

Et après on nous parle de libre-échange et de "laisser faire les marchés". Tous les Pays ont accusé l'Europe de soutenir massivement son agriculture mais, en regardant de plus près, ils font tous pareil. Le marché des matières premières agricoles est tout sauf un marché transparent soumis aux règles du marché prônées par les libéralistes: il est soutenu dans tous les sens et on imagine rapidement les conséquences si on décidait de ne plus soutenir l'agriculture.
Remarque: la comparaison en $/hab est à prendre avec précaution. Elle sous-estime un soutien très fort des chinois à l'agriculture (la Chine est, parmi les 4 blocs, le bloc le plus peuplé...et de loin)

tintin

l'europe considére son agriculture comme un poids, en diminuant les aides, elle ouvre la porte aux financiers, les terres agricoles sont et vont devenir un placement très intéressant, a terme l'EU va perdre son indépendance alimentaire aidée par bon nombre d'organisation agricole motivée en ce sens et qui ont perdu tout bon sens

Pfffl'europ

L'europe va bientot tout importer, il n'y aura plus de paysans en Europe!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier