La Russie suspend l'importation du bétail à cornes et des porcs vivants de l'UE

La Russie suspend l'importation du bétail à cornes et  des porcs vivants de l'UE
Cette décision a été prise en raison de la propagation du virus Schmallenberg,.

Moscou a décidé de suspendre temporairement, dès mardi, les importations des pays de l'UE du bétail à cornes et des porcs vivants. A partir de la semaine prochaine, l'importation des aliments pour bétail d'origine animale sera également interdite.

La Russie a confirmé lundi qu'elle allait suspendre à partir d’aujourd’hui les importations de porcs vivants en provenance de l'Union européenne (UE), en raison de la propagation dans les élevages européens du virus Schmallenberg.

L'Agence fédérale de contrôle vétérinaire  indique "avoir jugé indispensable de suspendre temporairement à partir du 20 mars les importations des pays de l'UE du bétail à cornes et des porcs vivants".

Cette décision a été prise en raison de la propagation du virus Schmallenberg, qui entraîne des malformations congénitales chez les animaux, explique l'Agence russe. Dans son communiqué, elle fustige "l'absence de contrôle des exportations d'animaux de la part des services compétents de la Commission européenne" quand "le contrôle des importations dans les pays de l'Union européenne est lui effectué à un très haut niveau".

Le virus de Schmallenberg ne touche pas les porcs vivants

Exprimant leur "déception", les commissaires européens Karel de Gucht (Commerce) et John Dalli (Santé) rappellent que les restrictions imposées par Moscou ne sont pas conformes avec les règles de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC). Ils rappellent que "le commerce de bétail à cornes et de porcs vivants en provenance de l'UE n'a d'aucune façon mis en danger la santé de citoyens russes". "Ces restrictions ne se fondent pas sur des faits scientifiques", soulignent les deux commissaires. En outre, le virus de Schmallenberg ne touche pas les porcs vivants, plaident-ils.

Les exportations de bétail à cornes et porcs vivants de l'UE vers la Russie ont représenté 188 millions d'euros en 2011. L'interdiction faite par Moscou représente, elle, un manque à gagner d'environ 75 millions d'euros.

Par ailleurs, la Russie annonce  également qu’elle va suspendre  à partir du 26 mars  l'importation des aliments  protéinés pour bétail d'origine animale en provenance des pays de l'Union européenne (UE).  Une exception est faite pour les farines de poisson et celles produites à partir du lait.

Cette décision a été motivée par la crainte de voir se répandre en Russie la maladie de la vache folle (encéphalopathie spongiforme bovine), ainsi que par la "nécessité d'harmoniser les législations russe et internationale", écrit l'agence, sans donner plus de détail.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier