Le ministère envisage d'interdire le Cruiser OSR

S C

Le ministère  envisage d'interdire le Cruiser OSR

Le ministère de l'Agriculture envisage d'interdire le pesticide Cruiser OSR, du groupe Syngenta, suite à la publication dans la revue Science d'une étude française attestant d'effets nuisibles du thiametoxam sur les abeilles.

Le ministère  souligne attendre un avis de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) sur cette étude d'ici fin mai. "Si ces nouvelles données étaient confirmées, l'autorisation de mise sur le marché" du Cruiser OSR, utilisé sur le colza, "serait retirée", indique-t-il dans un communiqué.

Le Cruiser OSR est un produit fongicide et insecticide qui enrobe les semences de colza. Cet enrobage doit notamment protéger la plante contre les fontes de semis, le mildiou et contre les pucerons.

Le ministère a demandé à l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) et à l'Association de coordination technique agricole (Acta) "d'accélérer les recherches en plein champ" pour évaluer si les résultats de leur expérimentation "se retrouvent en condition réelle".

Auteurs de l'étude publiée dans Science, les chercheurs Mickaël Henry (Inra) et Axel Decourtye (Acta) ont marqué 653 abeilles en collant sur leur thorax une puce à radio-identification permettant de suivre leurs déplacements.

Ils ont ensuite donné à certaines d'entre elles une dose de thiametoxam (famille des néonicotinoïdes) et constaté qu'elles avaient du mal à retrouver leur ruche --le pesticide interférant avec leur système cérébral de géolocalisation-- ce qui a entraîné la mort d'un grand nombre d'entre elles. Une fois cette mortalité prise en compte, un modèle mathématique a prédit que les populations d'abeilles exposées au pesticide chutaient à un niveau ne permettant plus leur rétablissement.

 Paris a par ailleurs saisi de cette étude la Commission européenne et l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Aesa), leur demandant "d'en tirer toutes les conséquences pour l'évaluation européenne du thiametoxam".

Syngenta conteste les conclusions de cette étude

Dans un communiqué, Syngenta, conteste vivement les conclusions de cette étude. Selon elle, la solution de sirop administrée aux abeilles étant au moins trente fois plus élevée que celle du nectar de colza protégé avec du Cruiser OSR. « Pour atteindre la quantité de thiaméthoxam retenue dans l’étude, l’abeille devrait consommer quotidiennement jusqu’à sept fois son propre poids en nectar », estime Syngenta.

Selon le groupe suisse, « cette quantité correspond également à deux fois la dose maximale retenue comme « pire cas » pour l’évaluation du risque sur les abeilles butinant des champs de colza protégé avec Cruiser® OSR »

Par ailleurs, elle affirme que les études fournies pour l’autorisation de mise sur le marché du Cruiser OSR « n’ont montré aucune baisse de poids des colonies au cours de la floraison du colza en comparaison avec des colonies témoins prouvant l’absence de dépopulation des colonies ».

Cruiser® OSR a été utilisé sur plus de trois millions d’hectares de colza en Europe « sans incident », selon la firme.  

Ces débats autour du Cruiser OSR interviennent alors qu'en juin 2011 des experts avaient indiqué que la mortalité des colonies d'abeilles restait largement inexpliquée malgré toutes les recherches sur la toxicité des pesticides.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier