Le Parlement européen valide la commission spéciale sur les pesticides

Le Parlement européen valide la commission spéciale sur les pesticides

Le Parlement européen a validé mardi le mandat de la commission spéciale qui se penchera sur la procédure d'autorisation des pesticides dans l'UE, après la controverse née de la nouvelle licence accordée au glyphosate, un herbicide très répandu.

Cette commission parlementaire vise à prendre en compte les "préoccupations exprimées au sujet de l'évaluation du glyphosate", en particulier sur l'indépendance du processus d'évaluation et l'application du principe de précaution, explique le Parlement dans sa décision. La commission spéciale sera notamment chargée d'évaluer "les éventuelles lacunes de l'évaluation scientifique de l'approbation" de pesticides comme le glyphosate et si les agences de l'UE ont réellement les moyens humains et financiers d'accomplir leurs missions.

Elle doit également dire si la Commission européenne "a agi conformément aux dispositions du règlement" tout au long de la procédure. Après deux ans de polémiques, les Etats membres ont accepté de renouveler pour cinq ans le glyphosate, lors d'un comité réunissant des experts à huis clos. L'exécutif européen, qui formule la proposition d'autorisation, avait progressivement revu à la baisse la durée envisagée de la licence, face à l'opposition de certaines capitales.  

Alors que la polémique a été alimentée par des accusations d'ingérence dans le débat du géant américain de l'agrochimie Monsanto (qui utilise le glyphosate dans son produit phare le Roundup), la commission parlementaire s'attachera à "analyser et évaluer les éventuels conflits d'intérêts à tous les niveaux de la procédure". Le texte portant création de la commission précise que certaines auditions de témoins et experts pourront se faire à huis clos, afin de respecter la confidentialité de documents, y compris des études scientifiques.  

Au cours du long débat qui avait accompagné la procédure de ré-autorisation du glyphosate, des ONG et des parlementaires avaient regretté que certaines études publiées par l'industrie, et sur lesquelles l'agence européenne de la sécurité des aliments (Efsa) s'était en partie appuyée, n'aient pas été rendues publiques. "Il y a énormément de raisons qui laissent à penser que le processus de décision qui a abouti à une autorisation comme celle du glyphosate est profondément biaisée et malsain, au profit évidemment des intérêts business", a asséné le coprésident du groupe des Verts Philippe Lamberts. La commission sera composée de 30 membres et devrait rendre son rapport vers la fin de l'année, accompagné de recommandations "sur les initiatives à prendre".

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 9

DIGUE3942

je doute que la commission ai une compétence au sujet des pesticides, non spécialités phytopharmaceutiques...

petit paysan

bravo fab c est juste

alain89

l'honnêteté et la raison doivent conduire à arrêter l'importation de produits agricoles dans les techniques culturales de production sont interdites en France.

Mais les "décideurs français" massacrent l'agriculture du pays au profit d' agricultures d'autres pays qui ont plus le souci de l'efficacité économique.
jeunes fuyaient le pays, nos politiques n'ont pas assez défendu notre "bout de gras", tout est compliqué, tout décline

FRED10

HALTE A LA DISTORTION DE CONCURRENCE VALIDEE PAR LE GOUVERNEMENT MACRON!!!

Bruno 02

Pas une importation de barre chocolatée ou de céréales du petit déjeuner qui ne soit pas bombardée de glyphosate, mais c'est notre production qui en est exempte qui est dans le collimateur !!!
Cherchez pas l'erreur, c'est juste l'Europe...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier