Les céréaliers demandent au ministre le versement anticipé des aides PAC

S C

Les céréaliers demandent au ministre le versement anticipé des aides PAC
La récolte française de blé 2014 est de qualité hétérogène selon les régions (DR)

Face à la dégradation de la qualité des céréales du fait des intempéries, et à la baisse des cours, les céréaliers de l’AGPB demandent au ministre Le Foll la mise en place d’un Comité de suivi de campagne et le versement anticipé des aides PAC.

Légèrement supérieure en volume à la moyenne annuelle, la récolte française de blé 2014 est de qualité hétérogène selon les régions du fait des pluies répétées de cet été.  Les  blés vont donc devoir être orientés vers différents segments de marché au regard de leurs exigences qualitatives respectives : meunerie française et pays importateurs, alimentation animale, amidonnerie, énergie...

« Ceci nécessite un suivi et un pilotage coordonnés et minutieux de la campagne » explique dans un communiqué l’Association Générale des Producteurs de Blé. L’Association demande  au ministre « de réunir d’urgence l’ensemble des partenaires de la filière concernés pour décider la mise en place d’un Comité de suivi de campagne et d’un observatoire sur lequel ce dernier pourra s’appuyer ».

A ces problèmes de qualité s’ajoutent une baisse des cours mondiaux évaluée par l’AGPB à  moins 25% sur un an. Une baisse qui  va conduire à une diminution importante des revenus des céréaliers qui « entrainera de graves problèmes de trésorerie pour engager les semis de la prochaine campagne ».

L’AGPB demande d’ores et déjà au ministre d’anticiper au 16 octobre le versement annuel des aides PAC européennes. Cette situation est particulièrement marquée dans certaines régions, notamment les régions intermédiaires.

« La conjoncture cette année entraine une situation inédite que nous devons gérer collectivement. Le ministre doit réunir d’urgence les partenaires et décider la mise en place d’un Comité de suivi de la campagne céréalière et un observatoire » a déclaré ce jour Philippe Pinta, président de l’AGPB, s’adressant au ministre de l’Agriculture.

 

Source AGPB

Sur le même sujet

Commentaires 31

acid

@ a
merci de relire correctement, je n'ai pas dit que sur 2 années les intrants n'ont pas été couvert....j'ai dit que les cerealiers n'ont pas pu repercuté la hausse des intrants ( repercuté signifiant augmenter volontairement les prix de vente pour compenser une hausse de charges)puisque les cerealiers ( comme les eleveurs ) subissent les prix et ne les choississent , il se trouve que de maniere tres conjoncturelle les prix des cereales ont été elevés pendant 2 ans ( et qu'on a reussit a faire une reforme sur 2 ans de resultats) d'ailleurs je me souviens qu 'a une epoque les laitiers appelait ca l'or blanc les cereales etaient tres peu chere , et c'est l'activité laitiere qui payait l'activité cerealieres et pourtant on a pas redonner plus au cerealier a cette epoque et meme les fab en profitait pour importer du blé mer noire a vils prix comme quoi la solidarité

a

@acid, j'ai du lait et des céréales, sur les 3 dernières années mes 40ha de céréales m'ont permis de réinjecté de l'argent pour mes 40 vaches. Si tu n'as pas couvert tes intrants en céréales, c'est que tu as très mal vendu.

vrai

a tous les "jaloux" , lisez le post de guemetel...
.il y aura toujours un agriculteur en France qui sera dans une bonne position pour rendre fou de jalousie une multitude d'esprits faibles , comme il y a des commerçants aisés et des sportifs milliardaires ; mais regardez plutôt la moyenne..

Acide

@guemetel , écœurant navrant ...... Ça ressemble à des plaintes la bouche pleine

Acid

@geo
J ai été conseillers de gestion dans le vexin, je peux te dire , que les céréaliers et les appart ce n est pas un cliché et que certains ici ne peuvent même pas imaginer le niveau des patrimoines et les niveaux de revenus, la où c est un cliché c de le généraliser aux céréaliers de partout bcp de céréaliers de zones intermédiaires ne sont pas en très bonnes postures
@PJ " a l heure de la retraite ils ne sont pas plus riche , l un que l autre " merci j ai bcp rit, je t invite à te renseigner sur les fortunes amassées dans le nord , la somme , la Picardie, la Beauce ...... Pour en plus travailler dans des conditions plus que confortables tu sais quand pendant des décennies tu as des betteraves qui margent bien plus que du ble , que tu fais du ble qui rend 4ou5tonnes de plus que la moyenne nationale, quand tu touches en plus des primes supérieures de 100 a 150 euros par ha , la differençe se chiffre en centaine de milliers d euros

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier