Les céréaliers proposent la création d’un Fonds de Solidarité céréaliers‐éleveurs

Les producteurs de blé et de maïs proposeront à la décision de leurs Conseils d’Administration du 11 septembre prochain un plan d’action pour venir en aide aux éleveurs et la création d’un un Fonds de Solidarité Structurel Céréaliers‐Eleveurs.

Face à la volatilité des cours, les producteurs de blé et maïs (AGPB et AGPM) proposent d’abord de développer une politique contractuelle qui lisse les fluctuations excessives du marché, sur la base de l’accord du 15 juin 2011 passé entre céréaliers, organismes stockeurs, fabricants d’aliments et éleveurs.

Dans un contexte de prix mondiaux élevés, ils se proposent également de constituer un Fonds de Solidarité Structurel Céréaliers‐Éleveurs, alimenté par une contribution volontaire des céréaliers et destiné à financer des actions structurelles. Pour leur permettre de prendre de tels engagements, ils demandent :

  • La possibilité de développer un système d’auto‐assurance qui lisse leurs revenus d’une année à l’autre au travers d’une refonte du mécanisme existant de Dotation Pour Aléas (DPA) pour disposer eux‐mêmes de l’indispensable visibilité en cas de retournement de marché ;
  • Une disponibilité responsable des moyens de productions indispensables à la régularité de la production, qui permette de produire plus avec moins d’impact (engrais, phytosanitaires, eau).
  •  Enfin l’assurance que la réforme de la PAC 2014‐2020 soit l’occasion d’une gestion des aides européennes qui respecte la productivité et ne crée ni rupture dans sa mise en oeuvre, ni distorsions avec les partenaires européens, notamment allemands.

« Nous proposerons ce plan d’action ambitieux à nos instances dirigeantes, pour décision, dès le 11 septembre prochain. Nous attendons du Gouvernement qu’il réponde aux questions de sa compétence afin de rendre ce plan d’actions possible et opérationnel. » précise l’AGPM et l’AGPB.

« Par cette approche, les céréaliers veulent, face à une situation exceptionnelle, être force de proposition et source de solidarité.» ont déclaré Philippe Pinta, président de l’AGPB, et Christophe Terrain, président de l’AGPM, à l’issue d’une rencontre.

Source AGPM/AGPB

Sur le même sujet

Commentaires 27

yenamar

pour moi les grosses exploitations céréalieres sont responsables du holdup du budjet de l'Europe et aujourd'hui ils nous proposent un fond de solidarité Cerealiers Eleveurs. Mrs les Cerealiers auriez vous besoin du soutien des éleveurs dans la future négociation de la PAC .Et oui à force de vous accaparer les terres des voisins vous commencez à ne pas être très nombreux dans vos champs à perte de vue. Alors on ne sait jamais s'il faut faire une manif. il vaudrait mieux avoir les éleveurs avec vous pour faire du nombre.Pour la PAC vous faites la pluie et le beau temps et je ne crois en rien à votre semblant de générosité.Dans ce contexte de crise alors que les céreales sont au plus haut cela me parait indécent la somme qui va vous être distribuée.

geopau

Concernant le rééquilibrage des aides PAC, beaucoup font fausse route. Estimez-vous logique, avant réforme, que le céréalier qui possède 150 à 200Ha touche une prime de 400€/Ha alors que l'éleveur, sur de plus petites structures devait se contenter de 250€ avec un travail bien plus prenant?
Il faut arrêter de tout mélanger. Ce serait à l'Europe d'imposer la création d'un fonds destiné à l'élevage en prélevant sur les céréaliers lorsque les prix SANS LES AIDES leur permettent de vivre de leur travail!!

jc

l'agpm et l'agpb ne réprésente pas les céréaliers ils sont de quel coté ? éleveur ou il pompent les aides pour aider les céréaliers, paille quasiment donné en temps de crise il faut leur donner les aliments aussi. la solidarité ça marche dans les deux sens pas dans un seul...

geopau

Je pense que Mrs les céréaliers, vous ne saisissez pas les enjeux.
Quand je vois certains arriver avec leurs arguments "les céréales sont au prix d'il y a 25 ans", vous oubliez qu'il n'y avait pas d'aides à 400€/Ha pour vous il y a 25 ans.
Puis allez feuilleter l'historique de la PAC et vous comprendrez beaucoup de choses...Les vrais prix rémunérateurs, ça n'a jamais existé. Les prix étaient soutenus artificiellement mais ne prenaient pas la forme d'un soutien direct donc vous ne vous en rendiez pas compte!
Cette année, les céréaliers n'ont pas le droit de se plaindre et avec de tels cours, la refonte de la PAC est nécessaire. Le but des aides publiques n'est pas d'enrichir les riches!!

hermite

novy ou novice?? 120ha c'est meme pas un mitemps en temps de travail et il faudrait en plus toucher le smic

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier