Le site sera indisponible demain lundi 23 octobre à partir de 14 heures, pour une opération de maintenance informatique. Merci de votre compréhension.

Les nitrates évoluent à l'opposé entre zones d'élevage et de grandes cultures

Annick Conté et Christian Gloria

Les nitrates évoluent à l'opposé entre zones d'élevage et de grandes cultures
Dans les régions de grandes cultures, la dégradation de l'indice nitrate serait liée à la perte de matière organique des sols cultivés depuis près de 40 ans, combinée à une progression des apports d'azote minéral. - © Jean-Charles Gutner

Une baisse des nitrates dans les eaux des zones d'élevage, une hausse dans celles de grandes cultures : c'est ce qu'indique l'évolution de l'indicateur nitrates (IN) de l'Institut de l'élevage sur 15 ans, entre les périodes 1997-1998 et 2010-2011. Cet indicateur affecte à chaque canton une valeur reflétant à la fois la qualité des eaux souterraines et la qualité des eaux superficielles. Il s'améliore fortement dans des zones d'élevage comme le Nord-Ouest. « Les PMPOA(1) ont permis de limiter très fortement les pollutions diffuses par une meilleure utilisation des fertilisants organiques, avec la réalisation d'ouvrages de stockage des effluents d'élevage plus adaptés aux besoins agronomiques », interprète Vincent Manneville, de l'Institut de l'élevage. Ceci a eu pour conséquence de faire chuter les livraisons d'engrais azotés.

Dégradation faible à forte sur les grandes cultures

Dans les régions de grandes cultures en revanche, l'IN se dégrade un peu partout mais il est vrai que l'on part de concentrations sensiblement plus faibles en nitrates en 1997-1998 que dans les zones d'élevage. Selon Vincent Manneville, « cette dégradation, faible à forte suivant les régions, est liée à la perte de matière organique des sols cultivés depuis près de 40 ans, combinée à une progression des apports d'azote minéral ». Ceux-ci ont augmenté notamment dans des régions comme la Champagne-Ardenne (+ 35 %), le Centre (+ 23 %) et la Picardie (+ 21 %). Il faut noter que dans ces territoires, la suppression de la jachère s'est traduite par une augmentation de 5 à 6 % des surfaces fertilisées.

Quelques zones demeurent en rouge, subissant une forte dégradation de la qualité des eaux, comme les territoires charentais. Elles se caractérisent par une forte conversion de cultures fourragères en grandes cultures avec des effectifs d'élevages laitiers en chute.

Les mesures utilisées pour l'IN sont celles réalisées au titre de la surveillance de la directive Nitrates, sur près de 6000 points du territoire. L'étude, en cours de finalisation, a été demandée par la Confédération nationale de l'élevage.

Source Réussir Grandes Cultures

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 7

alain89

l'affaire des nitrates a permis aux décideurs de taxer les engrais azotés et maintenant elle permet à la France de perdre des marchés car les blés n'ont pas assez de protéines.
l'inra de chalons a montré par la datation au strontium que les nitrates dans la nappe datés de l'époque du déboisement (camp militaire de Mailly/plaine de chalons).
Mais voilà, l'administration considère que dès que l'on épand l'engrais va dans les nappes.
Le pire est que ce raccourci simpliste est enseigné dans les lycées et l'on contraint à des cahiers d'épandage comme si l'agriculture avait les moyens de gâcher.

Poly

Bientôt il ce rendront compte que leur quinoa et avoine (bio ou non), est moin vertueux que nos élevages responsable alliant prairies et cultures. Nous capitalisons dans nos sols quand les autres decapitalise

alain

combien de décés à cause des nitrates: aucun(etude fac de médecine sur 100 ans)

Etama

Les nitrates ne constituent en aucune manière une quelconque menace pour la santé publique , bien au contraire leur présence est nécessaire dans l'organisme pour le métabolisme . Tous les sportifs le savent bien et utilisent entre autre le jus de betterave rouge riche en nitrates pour augmenter la résistance à l'effort et retarder la fatigue.
La phobie des nitrates nous vient tout droit des états-unis avec la mort bleue du nourrisson provoquée non pas par les nitrates mis en cause à tort mais par les agents pathogènes contenus dans l'eau de puits utilisés pour préparer leurs biberons .
Quand la communauté scientifique osera t'elle s'élever contre ce mensonge éhonté .

jean

L'explication me semble un peu rapide et trop généralisatrice. On ne tient pas compte des données observées dans des zones de grandes cultures sur des argilo-calcaires superficiels où les nitrates baissent depuis 10 ans et qui partaient d'assez haut. En fait, il faut tenir compte de la vitesse de percolation: quand il faut moins de 10 ans à l'eau pour passer de la surface au pied du forage, les nitrates baissent; quand il faut 50 ans, on est encore dans la phase ascendante des concentrations en nitrates. L'inversion de la courbe résulte des évolutions mises en place au tournant des années 90...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier