Pleinchamp.com, votre site d’expertise agricole - Retour à l'accueil
Facebook Twitter google+ Youtube

Découvrez les Services Experts

  • Météo
  • Grandes cultures
  • Élevage
  • Porcs
  • Viticulture
  • Énergie
Agriculteurs, clients du Crédit agricole, informez-vous ici

Mon espace
pleinchamp

Mot de passe oublié ?
Imprimer
Les pesticides sont le point noir pour les eaux du Sud

Seul élément positif dans le sombre constat de l'agence de l'eau : une diminution significative des phosphates, qui se traduit par le retour d’une vie piscicole dans les cours d’eau. © Pierre Huchette/Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse

Réussir Grandes Cultures

09/05/13
Grandes cultures

Les pesticides sont le point noir pour les eaux du Sud

C’est l’un des deux points noirs dans le bassin Rhône-Méditerranée : 40 % des cours d’eau et 20 % des nappes sont contaminés par des pesticides dont certains sont interdits. » Directeur général de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, Martin Guespéreau n’a pas de mots assez durs pour rendre compte de la pollution de l’eau par les produits de traitement.

Martin Guespéreau, directeur général de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse. « 40 % des cours d’eau et 20 % des nappes sont contaminés par des pesticides dont certains sont interdits. » © C. Gloria

« Le premier de ces produits est le glyphosate. Nous ne notons aucune évolution à la baisse et, en cinq endroits, on a enregistré des teneurs de 20 microgrammes par litre de cet herbicide ! Trente-huit nappes dépassent la norme de potabilité de 0,1 microgramme par litre, ce qui rend l’eau inutilisable sans traitement poussé préalable pour quarante-neuf captages d’eau potable. »
Le coût de traitement des eaux pour obtenir une eau potable représente des centaines de millions d’euros, payés par les ménages français.

Des produits interdits utilisés

Des molécules interdites depuis des années se retrouvent toujours dans les analyses, du fait de leur persistance dans le sol. Mais pas seulement. « Des teneurs sont reparties à la hausse, ce qui témoigne de l’usage actuel de produits interdits. Nous avons pu le constater dans le Roussillon et le Beaujolais avec les concentrations en terbuthylazine (ancien herbicide de la vigne). Nous envoyons le message à la police de l’eau… », insiste Martin Guespéreau.
Le directeur remarque une hausse des nitrates dans certaines régions agricoles (Lauragais, Beaujolais…). Il constate en revanche une diminution significative des phosphates, « ce qui se traduit par le retour d’une vie piscicole dans les cours d’eau ». Le second point noir est la déformation des rivières du fait d’une trop grande canalisation, des barrages et des prélèvements trop importants (dont l’irrigation). Pour autant, le bassin Rhône Méditerranée Corse affiche une situation écologique des eaux plutôt meilleure que le reste du pays avec la moitié des cours d’eau dans un bon état. L’objectif visé par le Grenelle est d’atteindre 66 % de cours d’eau dans un bon état en 2015. Cela va être difficile.

Christian Gloria - Réussir Grandes Cultures Mai 2013
Imprimer
Veuillez vous connecter pour poster un commentaire.

Commentaires5

  • Posté le lundi 13 mai 2013

    AIGLE201
    On peut produire autrement, il y a aucun problème, il faut simplement le vouloir.On a connu le sang contaminé - l'amiante - la vache folle- et d'autres. On répète les mêmes erreurs, la tête dans le sable et on verra plus tard car il y a de l'argent à gagner pour une infime partie des gens, mais avec du recul on sait se passer de l'amiante, des farines animales,... alors pourquoi faire un leg pourris à nos enfants.
  • Posté le dimanche 12 mai 2013

    BANANE381
    en réponse à aviron
    réfléchissez quand vous affirmer qu'aucune autre agriculture n'est possible.
    pour vous peut-être, c'est la voie de la facilité, pas du bon sens, mais je suis sûr qu'au fond de vous-même, vous êtes conscient des conséquences.
  • Posté le dimanche 12 mai 2013

    jab
    la tète dans le sable et le problème est réglé.si une autre agriculture est possible!en commençant par réfléchir a ce que l'on veut pour demain,pour que nos enfants soient en bonne santé,sans etre obligé d'avoir recours a plus de chimie pour se soigner,sans etre obligé de faire plus de déplacement pour se nourrir et avoir plus de temps pour etre heureux.ok c'est pas si simple mais rien ne nous empèche d'essayer.
  • Posté le vendredi 10 mai 2013

    pietin 113
    qu'en est il des oeustrogenes contenusdans les pilules contraceptives et autres antidépresseurs et antibios courrament consommes dans les menages Français?
  • Posté le vendredi 10 mai 2013

    aviron
    Mais arretez de taper sur les grands céréaliers !!! Ils n'y sont pour rien. Il n'existe aucune autre possibilité de produire en france....
    Aucune autre agriculture n'est possible!

Derniers commentaires postés

pleinchamp sur mobile

Saisissez votre N° et recevez un SMS
gratuitement avec le lien vers le site

En savoir plus

Aide téléphonique

Besoin d'informations ? Cliquez ici ou contactez

(depuis un téléphone fixe en France métropolitaine,
 hors surcoût éventuel selon opérateur)
lundi-vendredi : 9h-18h ; samedi : 9h-16h