Les productions de semences ont besoin d’être préservées

Christian Gloria - Réussir Grandes Cultures Juin 2013

Les productions de semences ont besoin d’être préservées
Récolte de semence de ray-grass italien en Bretagne. En 2012, la production de semences fourragères est en baisse par rapport à l'année précédente. © V. Bargain

Avec plus de 344 000 hectares à la récolte 2012 et 17 500 agriculteurs multiplicateurs, la production de semences se porte bien en France. Les surfaces sont en augmentation pour la plupart des cultures comme pour le maïs et le blé tendre, ces deux espèces représentant à elles seules plus de la moitié des surfaces. La céréale à paille demeure la numéro 1 en production de semences avec 86 300 hectares selon les estimations d’avril 2013, soit + 4 % par rapport à l’année précédente. Jean-Noël Dhennin, président de la Fnams, tient cependant à apporter quelques bémols à la situation. « Les semences fourragères sont en baisse. Nous sommes environ à 32 000 hectares en 2013 alors que ces surfaces ont atteint les 45 000 hectares il y a peu. Les producteurs se désintéressent de ces espèces, concurrencées par les productions de céréales. » Le président de la Fnams pointe deux problèmes majeurs pour les producteurs de semences : les campagnols, « dont on attend toujours la sortie d’un arrêté de lutte depuis plus d’un an. 30 % des semences fourragères sont touchées par les campagnols et ces rongeurs gagnent les surfaces de céréales ».

Capture d’écran 2013-06-06 à 16.01.02

Une charte de coexistence

Second souci : les nématodes de quarantaine en situation d’usage orphelin pour la luzerne. Le congrès de la Fnams programmé les 6 et 7 juin 2013 à Nérac présente l’initiative originale du département du Lot-et-Garonne, avec la signature d’une charte départementale de coexistence. Cette charte régit les différents usages sur l’espace agricole.
Pour la production de semences, il s’agit de préserver les obligations de distances d’isolement de parcelles par rapport à des productions classiques.
Le dialogue entre les acteurs locaux est un enjeu pour la production française de semences. C’est justement le thème du congrès.
     

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier