Maïs fourrage : Semer tôt, la stratégie gagnante

Pour assurer rendement et qualité, il faut semer tôt, durant la seconde quinzaine d'avril, dès que les conditions de sol le permettent, conseille ARVALIS- Institut du végétal.

Semer tôt est souvent la stratégie gagnante pour plus de rendement et une qualité mieux maîtrisée, affirme l'institut technique. « Selon les zones géographiques, il faut être prêt entre le 10 et le 20 avril. » explique Bertrand Carpentier, ingénieur maïs fourrage à ARVALIS- Institut du végétal.

Cela veut dire que le semoir est prêt et que les semences sont dans le hangar. Cela veut dire aussi qu'il faut s'organiser pour que les chantiers d'épandage de fumier et de récolte d'herbe ne créent pas de surcharge de travail pendant cette période.

Semer tôt peut rapporter gros

Semer tôt ne se décide pas sur un calendrier ! Il faut attendre le ressuyage du sol avant de le travailler. L'objectif est d'obtenir un lit de semences sans semelle, sans lissage par les outils et sans compaction, ce qui facilitera la mise en place des racines. De plus, un sol ressuyé se réchauffe mieux.

Mais il ne faut pas semer trop tôt. Dans le nord-ouest, semer avant le 15 avril est risqué. Semer trop tôt augmente les risques de levée lente, de pertes de pieds et de démarrage difficile en végétation. A chacun de juger. Cependant, les zones froides, à disponibilité limitée en somme de température, ont plus que d'autres intérêt à semer tôt. « Dans le Nord Ouest, vingt jours fin avril début mai correspondent à 4 points de MS à la récolte, et à une tonne de MS entre 28 et 32 %MS plante entière » précise Bertrand Carpentier.


«Coups de pouces» pour les semis précoces !

En maïs fourrage, selon les régions, la précocité des hybrides et l'alimentation hydrique de la parcelle, il faut 85 000 à 105 000 plantes à la récolte. L'engrais starter favorise le démarrage et prend tout son intérêt en cas de semis précoce : une plante qui démarre vite est moins sensible aux attaques des ravageurs et s'implante mieux. La protection insecticide de la semence est aussi une assurance contre les ravageurs souterrains. Traitement de semences ou micro granulés dans la raie de semis protègent la jeune plante et sécurisent le peuplement.


Source ARVALIS- Institut du végétal.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires