Maïs : La troisième meilleure récolte de la décennie

S C

Maïs : La troisième meilleure récolte de la décennie
La production française de maïs devrait s’élever à 15,7 millions en 2012 (DR)

Alors que les récoltes sont encore en cours, les producteurs de maïs français s’attendent à une production plus qu’honorable avec un rendement national évalué à 97 quintaux hectare, même si elle sera en deçà de la récolte 2011.

Malgré une météo très compliquée cette année, les maïs français s’en sortent bien. Le rendement national prévu par Arvalis-Institut du Végétal est désormais de 97 quintaux par hectare (hors maïs semences) sur une surface de 1,62 million et la qualité sanitaire est bonne. « C’est plus qu’honorable, nous signons là la troisième performance de la décennie après 2007 et 2011 » précise Christophe terrain, président de l’AGPM. En 2011, la récolte affichait un rendement « record » de 105 quintaux.

Un résultat qui s’est construit malgré de grosses difficultés climatiques au semis et à la récolte et qui cache, de ce fait, de grosses disparités entre régions et au sein même des  régions.  La campagne 2012 se caractérise en effet par des conditions climatiques très pluvieuses au mois d’avril qui ont eu pour conséquence une forte proportion de semis tardifs, très exposés aux stress hydriques d’août et septembre. Pas question pour autant de remettre en cause la stratégie des semis précoces encouragée par Arvalis depuis plusieurs années. « Les semis précoces restent le meilleur moyen de retrouver des voies de compétitivité, ils sont facteur de productivité », réaffirme Gilles Espagnol, à Arvalis.

30% des maïs grains seraient encore aux champs

La fin de campagne est également délicate avec des récoltes toujours en cours, en maïs grain comme en fourrage. Environ 30% des maïs grain seraient encore auX champX au niveau national. L’Alsace est la région la plus avancée avec des potentiels élevés, suivie par l’Aquitaine. Moins avancée, la Vallée du Rhône devrait toutefois obtenir de bons résultats. Dans le Nord et le Nord-Ouest, les potentiels seront plus faibles du fait d’un déficit de températures dans certaines zones. Idem  pour certaines régions comme le Poitou-Charentes qui ont souffert de déficits hydriques et qui n’ont pas toujours pu irriguer à bon escient. Pour les maïs non encore récoltés, il faut s’attendre à une forte humidité des grains.

Les récoltes de maïs fourrage destiné à l’ensilage sont également encore en cours. S’il ne reste que 25% des surfaces à récolter au niveau national, la Bretagne atteint péniblement la moitié des surfaces ensilées. Les teneurs en matière sèche des maïs fourrage seront là encore, très variables selon les régions.

La production mondiale en baisse

Le maintien d’un bon rendement national, malgré ces conditions climatiques, est à mettre à l’actif des atouts pédoclimatiques de la France, mais aussi des progrès génétiques des semences qui ont permis une bonne tolérance au stress et un nombre élevé de grains au mètre carré, fait remarquer l’AGPM.  

Les bons résultats français interviennent dans un contexte de récoltes européenne et mondiale très faibles du fait de la sécheresse en Europe centrale, en Europe de l’Est et aux USA. La production européenne serait en recul de 20% (malgré une augmentation des surfaces de 8%) et celle des USA est au plus bas. La production mondiale serait ainsi en baisse pour la première fois depuis 7 ans.

C’est aujourd’hui  la production 2013 de l’Amérique du Sud  qui inquiète  les marchés : avec des précipitations importantes, les conditions climatiques restent peu favorables aux semis de maïs en Argentine et au sud du Brésil.

Et chez vous, comment se présentent les récoltes de maïs ? Répondez à notre sondage en page d'accueil !

Sur le même sujet

Commentaires 1

fendt27

bonjour,
je me situe en Normandie dans l'Eure dans les environ de Beuzeville, Pont-Audemer. Dans notre région les récoltes de maïs grain sont avancé d'un petit 50 % et les rendements varie énormément suivant le choix variétale et surtout la date de semis qui a été primordiale. les semis de fin mars ont connu des levées difficile et ont causée la perte de près de 30 à 40 % des pied, diminuant énormément le potentiel de rendement. De plus l'humidité bat des record avec une humidité relative moyenne à la récolte de 39 %. En ce qui concerne les semis tardif de mi-mai les récoltes n'ont toujours pas débutées et s'annoncent très compliquées. Le rendement moyen des maïs récolter et d'environ 92 quintaux / ha.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier