Maïs : les interrogations persistent

AGPM Maiz' europ'

Maïs : les interrogations persistent

L’USDA annonçait cette semaine un taux de réalisation des semis de l’ordre de 86% contre 90% en moyenne à la même date. Des chiffres tout à fait habituels qui pourtant masquent un réel retard dans le développement des cultures aux USA.

Alors que la situation fondamentale évoluait peu cette semaine sur le marché mondial du maïs, les conditions climatiques demeurent difficiles pour les derniers semis américains. Il resterait à ce jour entre 3 et 5 millions d’hectares à semer selon les observateurs. La question de la réalisation complète des semis reste entière. Pour certains, la perte de surfaces est déjà actée. L’impact des conditions climatiques actuelles sur les rendements fait également débat entre les analystes : si pour certains, le retard accumulé est négatif pour le potentiel des cultures, pour d’autres, le niveau des réserves hydriques des sols permettrait d’assurer le rendement de cette campagne…

Au-delà de la situation américaine, on notera que le Conseil International des Céréales a révisé ses perspectives de production 2013/2014 à la hausse. La production mondiale de maïs s’établirait désormais à 945 Mt contre 939 Mt un mois plus tôt, essentiellement sous l’impact de la Chine (production record à 214 Mt). Enfin, en ancienne récolte, le CIC revoit la production brésilienne à la hausse à 78 Mt. Certains analystes évoquent même une production à 80 Mt, sous l’effet d’une excellente seconde récolte. Le gouvernement a par ailleurs annoncé l’achat de 3 Mt de maïs pour conforter les stocks publics de maïs. Ces achats devraient intervenir après la fin de la seconde récolte.

Hausse des surfaces de maïs en Ukraine

Les autorités ukrainiennes annoncent la réalisation complète des travaux de semis de maïs et ce, sur une sole record. En effet, selon le gouvernement, le maïs occuperait une sole de 4,77 Mha contre 4,4 Mha en 2012. Les conditions climatiques demeurent favorables aux cultures avec de nouvelles précipitations enregistrées la semaine dernière. Les chargements au départ de l’Ukraine ralentissent sur cette fin de campagne. La barre des 10 Mt importées par l’UE est désormais dépassée, avec des certificats délivrés sur 105 kt la semaine dernière. Toutefois, les importations en provenance de l’Ukraine devraient fortement se contracter jusqu’à la fin de campagne et les maïs brésiliens ne seront disponibles qu’à partir de fin août.

Une demande française bien présente

La demande en maïs français se fait ressentir, tant sur la façade atlantique qu’à l’Est. Les acheteurs asiatiques, sud-coréens en particulier, animent le marché en portuaire. Après la conclusion récente de 2 bateaux, une nouvelle affaire serait en négociation. Les conditions climatiques de la semaine écoulée n’ont fait qu’accentuer le retard dans les semis sur l’extrême sud-ouest. La fenêtre météo de cette semaine pourrait permettre une reprise des travaux à condition que la perturbation prévue en fin de semaine n’apporte pas de précipitations significatives.

Publié par AGPM Maiz' europ'

Sur le même sujet

Commentaires 6

RV

bonjour, situation catastrophique dans les PA, pour moi encore 7ha à semer dans des argiles tres difficiles, 5ha à resemer. encore 50mm en 24h. on y rentre pas avant le 17 ou 18 juin quoi faire?

jever

quel idée aussi de s'obstiner au mais, mais c'est vrai que les 'technico-commerciales' sont très fort, pourtant avec des bonnes prairies multi-plantes on passe beauuuuuuucoup moins chèr, beaucoup mieux équilibré, pas besoin de soya, et des bêtes moins malades, mais certains , non plutôt le plupart, préfèrent continuer a se plaindre, le portemonnaie vide, et le commercial content

geo

La situation semble devenir très difficile sur les coteaux du Sud-Ouest, en particulier secteur Pyrénées-Atl. Les maïs qui ont levé n'ont plus qu'à espérer une belle arrière-saison car ils sont à un stade de développement très attardé pour la saison. Sans amélioration durable du temps, nous allons arriver au 15 Juin et les semis sur ces zones semblent de plus en plus compromis.

Averonet

Aujourd'hui 6 juin: encore 15 ha de maïs à semer...c'est tard. Mais je n'ai pas d'autre solution. En esperant qu'il y ait saison pour remplir les silos. C'est quand même inquiétant. Peut on assurer les volumes aupres d'une compagnie? ça m'étonnerait...

lolo64

30% de semé et des conditions qui deviennent catastrophiques

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier