Maïs : Les stocks mondiaux revus à la hausse

Le dernier rapport de l'USDA du 9 mars confirme un bilan assez lourd au niveau mondial malgré une révision à la baisse des stocks de blé de près de 1 MT. Les stocks de maïs sont revus à la hausse à près de 144,2 MT contre 140,15 MT le mois précédent.

Les productions Brésilienne et Sud Africaine ont été revues à la hausse. Les marchés semblent avoir déjà intégré ces annonces puisque les évolutions de prix ont été quasi nulles. Alors que les semis vont débuter aux États-unis, les conditions climatiques et agronomiques sont pour l'instant favorables.

« Le plan de sauvetage de la Grèce, annoncé ce week-end par l'Union Européenne, a eu comme conséquence le renforcement de l'euro face au dollar. Cette situation redonne de la compétitivité aux origines extra européennes » analyse l'AGPM dans sa lettre économique hebdomadaire.

La bonne tenue du pétrole et des marchés financiers semble cependant confirmer une amélioration de la situation économique mondiale.


Europe : Ukraine moins présente

Les projections d'emblavements en maïs s'affinent au niveau européen. Stratégie Grains confirme la baisse des emblavements en Italie (-70 000 ha par rapport à 2009/2010) et l'augmentation attendue en Pologne et Hongrie (+ 40 000 ha). Selon les premières estimations de l'AGPM, l'UE à 27 produirait cette année autour de 8,25 millions d'ha en 2010 contre 8,65 millions d'ha en 2009. A noter que l'Ukraine semble moins présente sur les marchés pour l'instant.

France : baisse entre 4,5 et 5 % des surfaces

« La bonne tenue du marché du maïs et de l'origine France peut apparaître comme une surprise, il n'en demeure pas moins que l'activité reste soutenue » souligne l'Association des producteurs de maïs. La France poursuit les exportations sur l'Union Européenne avec des demandes sur la péninsule ibérique (surtout Portugal) mais également sur l'Europe du Nord (Irlande et FAB du Benelux). De nouvelles exportations sur l'Algérie semblent également conclues. La concurrence argentine n'est pas trop importante, pour l'instant.

Au niveau des emblavements, Arvalis table pour l'instant sur une baisse entre 4,5 et 5 % des surfaces en grain et 2 % des surfaces en fourrage. La baisse des semis de maïs profiterait au tournesol dans un grand quart sud-ouest de la France. Les conditions météorologiques et agronomiques sont excellentes et les semis ont bien avancé depuis la fin de semaine dernière. Les grands bassins adeptes des semis précoces (Poitou Charente, Vendée, Bassin Parisien) pourraient avoir terminé pour cette fin de semaine, si les conditions météo restent favorables. Les semis avancent dans le sud-ouest et débutent en Alsace.

 

Source Lettre Economique AGPM 15/2010

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier