Maïs OGM NK603 : l'EFSA joue la transparence

Le NK603, ont obtenu une autorisation pour l'alimentation animale et humaine.

Pour restaurer la confiance, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) met en ligne les données utilisées pour donner son avis favorable à l'autorisation de commercialisation du maïs OGM.

"L'initiative lancée aujourd'hui vise à rendre les données utilisées dans l'évaluation des risques publiquement disponibles",  explique dans un communiqué la directrice générale de l'agence, Catherine Geslain-Lanéelle. "Grâce à ce programme, l'EFSA aidera les scientifiques issus de différents domaines d'expertise à développer la recherche de manière à enrichir (...)  le corpus de documentation scientifique et offrir ainsi de nouvelles perspectives précieuses pouvant être intégrées dans l'évaluation des risques", a-t-elle ajouté.

Elle estime que cela renforcera encore les conclusions des évaluations destinées à protéger la santé publique et permettra de « consolider la confiance à l’égard des travaux de l’Autorité ».

Répondre aux critiques de Gilles-Eric Séralini

L'EFSA avait déjà mis ces données à disposition des scientifiques pour répondre aux critiques du chercheur français Gilles-Eric Séralini, auteur d'une étude, rejetée par l'agence, sur la toxicité du NK603.

Le chercheur français a, de son côté,  refusé de transmettre les informations destinées à combler des lacunes dans son étude. "Nous attendons qu'ils (l'EFSA) fournissent" les éléments "qui ont permis d'autoriser cet OGM et ce pesticide", avait-il déclaré.

Le processus d'évaluation pour les demandes d'autorisation de culture et de commercialisation d'OGM se déroule en quatre temps : consultation de l'EFSA sur les risques pour la santé, demande d'autorisation aux Etats sur base d'un avis favorable de l'EFSA, procédure d'appel si aucune majorité qualifiée ne se dégage entre les Etats. Enfin, si cette situation perdure, la décision finale revient à la Commission européenne.

A ce jour, l'EFSA n'a jamais rendu un avis négatif et aucune majorité qualifiée n'a jamais été trouvée entre les Etats pour interdire ou autoriser un OGM. Deux OGM ont été autorisés à la culture sur décision de la Commission européenne --la pomme de terre Amflora du groupe allemand BASF et le maïs MON810 de Monsanto-- et une cinquantaine d'autres, dont le NK603, ont obtenu une autorisation pour l'alimentation animale et humaine.

Pour en savoir plus cliquez ICI

Source EFSA

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier