Maïsiculteurs européens : Préserver les outils de gestion des marchés

SC

Les maïsiculteurs européens, réunis en assemblée générale, plaide pour le maintien des mécanisme d'intervention européen et de la jachère.

«Le mécanisme de l'intervention a démontré sa validité, a fortiori dans une période de forte volatilité des prix et des volumes disponibles. Il doit donc être préservé» ont déclaré les maïsiculteurs européens, réunis au sein de la Confédération Européenne de la Production de Maïs (CEPM).

Ils estiment que le principe de la jachère répond également à ce même objectif et demandent donc son maintien en tant qu'outil de régulation de l'offre. Enfin, la confédération s'oppose à toute augmentation de la modulation et demande un accompagnement à la mise en oeuvre de mécanismes de gestion des risques : climatiques, économiques et sanitaires.

Les maïsiculteurs réclament également la réintroduction des droits de douane pour les maïs importés. La réglementation européenne prévoit une clause de réintroduction des droits de douane, selon des critères liés aux prix des céréales européennes. « Ces critères sont bel et bien remplis, notamment sur le maïs, et les perspectives indiquent que la baisse des cours est une tendance durable» explique la confédération.

La CEPM réunit les organisations maïsicoles d'Allemagne, Bulgarie, Espagne, France, Hongrie, Italie, Pologne, Slovaquie, Slovénie et Roumanie.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier