Marché de l'orge brassicole : Le terrain de jeu est mondial

Emmanuel Baratte

« La bière est un marché mondialisé qui croît de l'équivalent de six à sept fois le marché français par an », mesure Gérard Laloi, président des brasseurs de France. Rien qu'en Asie, c'est-à-dire en Chine, la consommation de bière progresse de 10 % par an. Elle représente près de 31 % de la consommation mondiale derrière le continent européen qui pèse 32,3 %.

Philippe Lehrmann, directeur commercial de Boortmalt. « Les brasseurs cherchent à sécuriser la matière première qui représente 8 à 10 % du coût de la bière. » (E. Baratte)

Philippe Lehrmann, directeur commercial de Boortmalt. « Les brasseurs cherchent à sécuriser la matière première qui représente 8 à 10 % du coût de la bière. » (E. Baratte)

Un futur plein d'espoir

L'autre grande zone de croissance se situe en Amérique latine. Les besoins en orge et en malt ne cessent de croître ce qui « offre un futur plein d'espoir », considère Philippe Lerhmann, directeur commercial de Boortmalt. Selon ses prévisions, la quantité de bière produite dans le monde progressera de 264 millions d'hectolitres d'ici 2012 soit 2,9 millions de tonnes de malt(1). « Cela correspond à quatre ou cinq usines par an dans le monde et un besoin de 625 000 tonnes d'orges. » Mais avec une concentration telle, que les dix brasseurs mondiaux utilisent plus de 70 % du malt mondial, « le terrain est mondial et il faut avoir les moyens d'y jouer c'est-à-dire d'exporter ».

 

Une position maîtresse

La France dispose d'un atout maître en se situant « au coeur de la meilleure région mondiale de production d'orge. Elle dispose de structures logistiques et d'une organisation de filière qui la place parmi les leaders ». Pour rester compétitif sur ce marché concentré dont la croissance se fait ailleurs, « les facteurs déterminants sont la régularité des livraisons, la qualité de la logistique, ou encore les solutions pour lisser le prix du malt sur une année budgétaire ».


(1) En 2007, les capacités mondiales de maltage représentaient 22,25 millions de tonnes de malt.

Source Réussir Céréales Grandes Cultures Mai 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier