Matières premières : La France et l'Allemagne veulent limiter la spéculation

L'Allemagne et la France préparent une initiative commune dans le cadre du G20 pour limiter la spéculation financière sur les marchés des matières premières.

En début de semaine, plusieurs ministres français ont co-signé une lettre à la Commission européenne faisant état de leur « forte suspicion » d'une corrélation entre les mouvements sur les produits dérivés* et les fluctuations des prix des matières premières concernées.

Ils ont demandé à Bruxelles de prendre « une initiative » en matière de régulation, une requête reçue plutôt favorablement par le commissaire européen en charge des services financiers qui a promis de faire des propositions mi-septembre. Paris veut lancer un débat européen sur la question avant de l'amener dans l'arène du G20, dont la France tiendra la présidence l'an prochain.

« Une initiative commune est prévue au G20 », confirme une porte-parole du ministère de l'Agriculture à Berlin, sans plus de précisions. Le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung citait jeudi des extraits d'un document de travail du ministère sur le sujet. Berlin juge que « les produits alimentaires ne doivent pas faire l'objet de pure spéculation financière », d'après ce document cité par le journal.

Tout en reconnaissant que certains produits dérivés sur les produits agricoles et matières premières ont « fondamentalement une fonction de stabilisation des prix », le gouvernement allemand souhaite toutefois, à l'instar de Paris, encadrer plus étroitement ces marchés.

* Les produits dérivés sont des contrats par lesquels les agents fixent à l'avance le prix auquel ils peuvent acheter ou vendre une certaine quantité d'actif.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier