Méventes à l'exportation : Les stocks céréaliers français s'alourdissent

Les bilans français du blé tendre, du maïs et de l'orge s'alourdissent en raison de la réduction des perspectives d'exportations vers l'Union européenne et les pays tiers. 6 millions de tonnes de blé et de maïs n'ont pas encore trouvé preneurs.

Les exportations françaises de blé tendre sur pays tiers ont de nouveau été révisées à la baisse à 4,6 Mt (-150.000 t par rapport au mois dernier). «Le retard accumulé au cours des derniers mois pourra difficilement être rattrapé malgré les récentes affaires conclues avec le Maroc et l'Algérie» estime l'Onigc.

Les prix n'ont pas été suffisamment compétitifs pour rivaliser avec les prix russes et kazakhs sur le marché égyptien et oriental. Cette situation est aggravée par un taux de change euro/dollar de plus en plus pénalisant pour les exportations européennes (1 € = 1,48 à 1,49 $ ces derniers jours).

Les ventes de blé tendre sur l'Union européenne ont également été ajustées à la baisse à 7,3 Mt de grains (- 60.000 t par rapport au mois dernier). Le stock final de blé est donc en forte hausse par rapport aux prévisions du mois dernier à 2,6 Mt (+0,4Mt).

Côté maïs, les importations massives, notamment de maïs brésilien dans l'UE réduisent drastiquement les perspectives de ventes françaises sur l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Le stock est donc, lui aussi, en forte hausse par rapport au mois dernier à 3,4 Mt (+0,5 Mt). En orge, le stock final est évalué à 1,1 Mt.

Source Onigc

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier