Oléo-protéagineux : le colza, plus rare que les autres produits ?

Crédit Agricole SA

Oléo-protéagineux : le colza, plus rare que les autres produits ?

En 2013-2014, les ressources en oléo-protéagineux sont supposées augmenter pour les principaux produits ; ce qui pourrait laisser perdurer la baisse des prix. La consommation est tirée par la Chine, dont le dynamisme efface le repli de l’agro-gazole. Le colza affiche, toutefois, un bilan prévisionnel moins abondant que les autres oléo-protéagineux, et son prix pourrait se maintenir plus facilement.

2013/2014, récoltes mondiales en hausse ?

6.5

Contrairement aux céréales, le monde des oléo-protéagineux n’a pas connu la crise en 2012/2013. La mauvaise récolte de soja aux États-Unis a, dans l'ensemble, été compensée par une production record en Amérique du Sud, et l'huile de palme a continué à gagner du terrain.

6.1

Graine de soja : production et stocks (Source : USDA)

Pour 2013/2014, dans la foulée des autres productions végétales, la prévision affichée est celle d'une augmentation substantielle de récolte pour le soja (+6,7% selon l'USDA) et pour l'huile de palme (+5%).

Les surfaces seraient à peu près constantes, et les rendements en hausse. Le soja pourrait même être favorisé par les retards dans la mise en culture du maïs

Le stock global de soja (graine + tourteau + huile) atteindrait ainsi 30% de la récolte en 2013/2014, un niveau particulièrement élevé. Toutes ces annonces sont toutefois un peu trop précoces pour être fiables : le soja est au stade du semis aux États-Unis.

6.3

Huiles végétales : production et consommation mondiales (Source : USDA)

Le colza affiche, quant à lui, un bilan plus serré en volume.

En effet, si la récolte mondiale de colza a beaucoup augmenté jusqu'en 2009 (grande époque de l'agro-gazole), elle reste relativement stable depuis. Pour 2013, une remontée est anticipée, surtout en Europe grâce à un meilleur rendement, et aussi au Canada, mais une incertitude pèse particulièrement sur l'Europe.

En France, la surface de colza est en baisse de 8% en 2013. L'hiver et le printemps peu favorables ne devraient pas empêcher un rendement correct, mais la récolte restera en retrait après deux bonnes années.

6.4

Colza : bilan français (Source : FranceAgriMer, FOLicht, Oil World)

Des craintes quant aux futurs rendements en colza ont été également exprimées, après l'annonce du moratoire prévu sur plusieurs insecticides systémiques (néonicotinoïdes). Cependant, ce moratoire, s'il intervient début décembre comme on l'envisage, concernera plutôt la récolte 2015.

La demande des émergents reste croissante

6.9

Après l'épisode 2004-2009 de l'agro-gazole en Europe, l'augmentation de la demande, en huiles comme en tourteaux, vient surtout désormais des pays émergents, Chine en tête. L'Inde joue également un rôle important pour les huiles, étant donné sa consommation très modérée de viande.

6.6

Huiles végétales : consommation par pays (Source : USDA)

L'UE reste cependant le deuxième consommateur et importateur pour les deux produits. Ses utilisations de tourteaux sont prévues légèrement en hausse (1%), laquelle porterait plutôt sur le soja que sur le colza. Aux États-Unis, la consommation de tourteaux est prévue en hausse pour 2013, et était stable sur les dernières années, malgré la baisse continue du cheptel bovin-viande depuis 2008. Les regards se tournent vers la Chine, où la consommation de tourteaux et d'huile devrait poursuivre sa croissance, mais à un rythme légèrement ralenti par rapport aux années antérieures : 3% pour les tourteaux comme en 2012/2013, contre 9% en moyenne entre 2007 et 2011 ; pour l'huile, 4% contre 5% auparavant.

6.7

Tourteaux : consommation par pays (Source : USDA)

La croissance des ventes de produits alimentaires en Chine, très proche de celle des céréales et huiles, est descendue à 10% environ en juin 2013 en valeur courante. Mais il faut compter une inflation des prix alimentaires autour de 3% (en 2010/2011, quand la croissance de la consommation en valeur dépassait 30%, l'inflation atteignait 15%). La croissance anticipée pour la consommation d'oléoprotéagineux en Chine est donc plutôt modeste par rapport à la croissance anticipée du PIB ; celle de maïs en est plus proche, à 8%.

6.8

Chine : ventes de céréales et d'huile (Source : NBS)

Le repli de l’agro-gazole

Pour la première fois, l'utilisation d'huiles végétales pour l'agro-gazole pourrait baisser en 2013.

6.11

Production mondiale agro-gazole (Source : FO Licht)

Le premier facteur est l'utilisation croissante de corps gras de récupération, qui comptent double pour le décompte des obligations d'incorporation. À l'horizon de quelques années, la place de l'agro-gazole va devenir plus précaire. Sa rentabilité hors subventions est particulièrement faible (le prix des huiles à la tonne est le plus souvent bien supérieur à celui du pétrole : aujourd'hui l'huile de palme en est proche, mais cette situation est plutôt exceptionnelle).

Certains impacts environnementaux élevés (déforestation, réaffectation des sols) sont la cause des discussions actuelles en Europe, visant à réduire l'objectif d'incorporation d'agro-carburants à 5%, au lieu de 10% en 2020. Les effets ne sont pas immédiats, mais renforceront les difficultés de l’agro-gazole.

Des anticipations qui entrainent un repli du prix des produits principaux

Les prix ont baissé depuis les sommets de 2011 et 2012. Mais les mouvements sont contrastés et instables.

Les huiles (soja, colza) baissent depuis la fin de 2012. L'huile de palme a décroché très fortement dès la mi-2012, avant de se stabiliser, avec toutefois un écart soja-palme qui demeure élevé. Le tourteau, également en baisse, a tendance à remonter depuis le printemps. Les informations sur l'état des cultures sont, en effet, plutôt fluctuantes, expliquant les hésitations des marchés. Les acteurs financiers sur le marché de Chicago avaient fortement réduit leurs positions acheteuses dans le courant de 2012 accompagnant la baisse des prix. Mais leurs variations sont devenues nettement plus fluctuantes depuis le début de l'année.

 

6.12

Prix des principaux oléoprotéagineux (Source : Banque mondiale)

Le prix à court terme du soja est resté plutôt élevé, en contraste avec celui de la nouvelle récolte (-15% entre juillet et novembre, à Chicago), alors que, début juin, le colza est stable sur le Matif jusqu'au début de 2014.

En fin de saison, le prix du soja a en effet été soutenu par le manque de soja américain, survenant après les difficultés logistiques du Brésil, qui a au départ eu du mal à exporter ses récoltes considérables de l'année via ses ports et son système routier. Les huiles, pour leur part, sont stables jusqu'à l'automne (soja à Chicago et palme à Kuala Lumpur).

Une plus grande résistance à la baisse du prix pour le colza ?

Le prix de l’huile de colza est tiré à la baisse par l’huile de palme et une utilisation limitée pour l’agro-gazole. Pour le colza, l'agro-gazole représentait mondialement 25% des débouchés de l'huile en 2012 (12% pour l'ensemble des huiles végétales). Cette part est estimée en baisse à 21% en 2013.

6.13

Colza : huile, graine, tourteau (Source : Banque mondiale)

Par contre, le prix du colza est appuyé davantage sur le tourteau, plus soutenu comme l'ensemble des protéagineux. Un maintien du prix semblait donc possible dans la perspective d’une récolte relativement modeste, notamment en France, toutefois son prix a plongé en juin...

Source Prisme – La note de conjoncture Agriculture et Agroalimentaire du Crédit Agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire