Pesticides néonicotinoïdes interdits: céréaliers et industriels protestent

Pesticides néonicotinoïdes interdits: céréaliers et industriels protestent

Les céréaliers comme les industriels de l'agrochimie ont protesté jeudi contre le retour de l'interdiction des insecticides néonicotinoïdes en 2018 dans le projet de loi Biodiversité, à l'occasion de la troisième lecture du texte à l'Assemblée nationale.

Les députés ont interdit dans la nuit de mercredi à jeudi les insecticides de la famille des néonicotinoïdes à partir de septembre 2018, mais avec des dérogations possibles jusqu'en 2020. Utilisés dans l'agriculture, ils sont considérés comme tueurs d'abeilles par des ONG.

Pour l'association Orama, qui représente les producteurs de céréales et oléagineux, le gouvernement et les députés qui ont voté l'interdiction "ont cédé une fois de plus et avec complaisance à la propagande mensongère des organisations environnementalistes plutôt que d'écouter ceux qui se confrontent à la complexité accrue de l'acte de production en milieu vivant et à en concilier les impératifs avec ceux de l'écologie".

Un "vote punitif"

L'UIPP qui réunit 21 producteurs de produits phytosanitaires déplore pour sa part un "vote punitif" de l'Assemblée nationale qui "ne prend pas la mesure des enjeux". Cette disposition "est contraire à la réglementation européenne et portera de ce fait une atteinte évidente à la compétitivité de l'agriculture française", de plus, elle "va conduire à des impasses agronomiques", argumente l'Union des industries de la protection des plantes. L'UIPP s'inquiète également de "l'absence de modalités pratiques quant à ces dérogations" possibles jusqu'à 2020. L'UIPP "restera par conséquent mobilisée aux cotés des filières agricoles pour faire valoir ses propositions lors des prochaines étapes du processus législatif", ajoute-t-elle.

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 3

bc

quand aura t'on de veritables etudes sur la mort des abeilles?

aaaa

hé bé!!! ça fait mal au ventre de lire ça!!! allez prenons un peu de recul et regardons qui intervient : Philippe Pinta, pdt orama, dirigeant de 16 sociétés différentes (dont sofiprotéol, unigrain, soc...), véritable défenseur de la biodiversité et artisan convaincu d'une agriculture durable! et d'autre part l'UIPP qui fidèle à elle même nous rabâche que sans ses inoffensifs produits mortifères l'humanité mourrait de faim!!! nos sénateurs plus entrains à chasser et user les bancs des 3 étoiles(qui pour la plupart servent des produits issu de la bio ou label) plutôt que les bancs pourtant confortable du sénat, ont dit oui aux néocot! un peu plus de retenu de la part de la profession (orama donc fnsea) serait appréciable vis à vis de la diversité d'agriculteur qu'elle représente (ou qu'elle se doit représenter!), elle se devrait d’être plus virulente pour promouvoir l'agronomie au travers de la biologie des sols par exemple...

aaaah qmi

Moi en bio j ai perdu au moins 30 pour cent de la récolte à cause des pucerons, la cata vient ensuite de septo rouille et pire fusa , je me demande vu la situation dans le nord si la récolte bio ne va pas etre catastrophique
Pour parler du conventionnel sans animosité , je pense que les zones intermédiaires vont etre tres violemment touchées
Des types qui sont obligé de gratter 190 à 250 ha pour avoir un revenu ( et encore pas ces deux annees) ne pourront pas surveiller les pucerons, si tout doit être parfaitement compteé avec des seuils alors il faut que moins d ha suffisent pour vivre
Le probleme des pesticides est pris à l envers et ça va ravager le monde agricole
Il fallait commencer par assurance revenu , aiide fortes aux zones intermédiaires pour les rotations et en échange des baisses d utilisation
La on supprime des produits , dans un contexte compliqué financièrement apres une annee ravagé par les pucerons , la pire des méthodes est choisie

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier