Pesticides : vers la fin des néonicotinoïdes?

S C

Pesticides  : vers la fin des néonicotinoïdes?

Dans le cadre de la discussion sur le projet de loi relatif à la biodiversité, l’Assemblée Nationale a adopté un amendement visant à interdire l’usage de tous les néonicotinoïdes à partir de 2016

L’amendement n° 754 vise à mettre en place un moratoire sur les néonicotinoïdes  à compter du 1er janvier 2016. Il annule de fait  les amendements 1078 et 995 qui  prévoyaient  une expérimentation de trois ans sur des zones d’interdiction des néonicotinoïdes.

L’amendement  été adopté dans le cadre du projet de loi sur la biodiversité, examiné en 1ère lecture à l'Assemblée nationale depuis le 16 mars, avec l’avis défavorable du Gouvernement et de la rapporteure,  Geneviève Gaillard. Cette dernière  craint en effet, «  qu'une interdiction brutale, ne nous mettent dans une difficulté telle qu'il y aura des dérogations et on n'aura pas avancé d'un iota».

La modification de l’amendement n°1077 va par ailleurs permettre de soutenir les projets de groupements d’intérêt écologique et économique (GIEE) travaillant à la suppression des néonicotinoïdes dans le cadre du plan Ecophyto 2.

 Dans un communiqué,  la Fondation Nicolas Hulot salue ces avancées, « tout en ayant bien conscience des questionnements que pose la mise en place d’un tel moratoire national. »   "Cela redonne de l'espoir aux apiculteurs, mais il faut que la France défende cette position au niveau européen car il y a suffisamment d'études qui prouvent maintenant que supprimer les néonicotinoïdes ne met pas en danger la production agricole comme les fabricants d'insecticides le prédisaient", a réagi Henri Clément, le porte-parole de l'Union nationale des apiculteurs français (Unaf).

Quatre molécules de cette classe font l'objet d'une interdiction temporaire de trois ans dans l'Union européenne depuis juillet 2013 pour l'enrobage des semences, le traitement de sol et en pulvérisation sur certaines cultures qui attirent les abeilles et dans les céréales, sauf dans les cultures sous serre et dans les céréales d’hiver.

 

Sur le même sujet

Commentaires 4

abeillenoire

Polos10,C'est de l'amitraze,en effet, c'est du costaud. Mais cette molécules n'est pas diffusée dans l'environnement et mise a disposition de tous les animaux qui viennent sur les plantes. Elle reste dans la ruche. C'est malheureusement pour nous a l'heure actuel la seul molécule efficace contre le varroa. Mais les choses avances, et je rentre bientôt dans un programme de recherche (privé) pour trouver d'autre solution. Je creuse et j'avance, ou j'invente, l'avenir.

polos10

j ai un trou de memoire quelle et la matiere de l insecticide utiliser contre le varoa merci davance de me le dire

TOURNESOL

Dans un débat contradictoire il est de coutume de donner la parole à chacun des deux partis. Ici une nouvelle fois, seuls les "anti" s'expriment. De plus en plus dans notre démocratie "modèle" ce sont les ONG, à ma connaissance non élues démocratiquement qui prennent le pas sur les gouvernants. Ne devrait-on pas s'interroger sur cette dérive.

abeillenoire

Enfin une avancée sur le sujet même si ces molécules ne sont pas responsable de tous les maux en l'apiculture. Les apiculteur se font bien du mal tout seul quelques fois. Au moins, ils ne pourront plus mettre ça sur le dos des agriculteurs. A quand une vrai coopération entre acteurs du monde rural, j'en fait appel aux bonnes âmes, je veux bosser avec vous, pas contre vous !

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier