Petits rendements mais marché porteur en luzerne

Valérie Noël

Petits rendements mais marché porteur en luzerne
Les rendements de luzerne en 2015 ont atteint 13,25 tonnes de granulés par hectare, un peu plus qu'en 2013. - © D. Lucas

« Il faudrait 180 millions d'hectares supplémentaires en plantes riches en protéines pour subvenir aux besoins mondiaux d'ici 2030 », a annoncé Jean-Pol Verzeaux, président de Coop de France luzerne déshydratée, en conférence de presse le 3 décembre.

La luzerne déshydratée fait donc partie de ces cultures qui auraient un boulevard devant elles. Reste qu'en 2015, la production a baissé à 713 000 tonnes, contre 801 000 tonnes en 2014-2015. La sécheresse n'est pas seule en cause. « Les trois coupes n'étaient pas merveilleuses », a déploré Serge Faller, directeur de Désialis.

La baisse des rendements témoigne des efforts techniques dont a besoin la culture. « Il n'y a pas assez de recherche sur les variétés », a notamment souligné Jean-Pol Verzeau. Et sur le terrain, les écarts sont grands entre producteurs, ce qui a poussé les coopératives à investir ces dernières années dans l'encadrement technique. Un meilleur calage des dates de préfanage, en particulier, pourrait contribuer à améliorer les marges de la filière.

Le marché est là en tout cas. « Nous allons vers une année de consommation record en lait », a remarqué Serge Faller. Les exploitations qui se maintiennent avec la fin des quotas sont à la recherche de productivité. Résultat, Désialis achète la luzerne entre 165 et 170 euros/t, un prix supérieur au blé. De quoi, peut-être, susciter des envies.

Source Réussir Grandes Cultures

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier