Pomme de terre : Une même collection pour quatre obtenteurs français

Christian Gloria

L'Inra entretient une collection de 10 000 clones de matériel génétique de formes diverses pour les besoins des sélectionneurs de l'Hexagone.

À Ploudaniel, l'Inra maintient la collection nationale de matériel génétique servant à la recherche pour l'amélioration variétale de la pomme de terre. « Nous avons 10 000 accessions qui sont des clones d'anciennes variétés (un millier), d'hybrides intra-spécifiques et également inter-spécifiques avec des espèces apparentées à la pomme de terre. Nous détenons un milliers de clones d'une trentaine de ces espèces, toutes originaires des régions andines et dont une dizaine est cultivée. Avec les variétés, ces espèces sont les véritables réservoirs où l'on puise les gènes nécessaires aux programmes de recherche, présente Jean-Éric Chauvin, Inra de Ploudaniel. Nous créons des géniteurs avec des caractères bien établis dans un génome des pommes de terre, prêts à être utilisés par des obtenteurs dans des processus de sélection de variétés. »

Une trentaine d'espèces apparentées à la pomme de terre (très ressemblantes) sont utilisées dans les programmes de sélection. Elles renferment notamment des gènes de résistance au mildiou.(C. Gloria)

Une trentaine d'espèces apparentées à la pomme de terre (très ressemblantes) sont utilisées dans les programmes de sélection. Elles renferment notamment des gènes de résistance au mildiou.(C. Gloria)

Priorité antimildiou

L'Inra a signé une convention en 1969 (renouvelée en 2008) avec les quatre obtenteurs français réunis au sein de l'ACVNPT : Association des créateurs de variétés nouvelles de pomme de terre. « Depuis 1995, nous avons distribué 570 géniteurs aux seuls obtenteurs de l'ACVNPT : Comité Nord, Bretagne Plants, Grocep et Germicopa, dont 180 ces quatre dernières années, chiffre Jean-Éric Chauvin. Dans ces derniers, près de la moitié (84) présentaient des gènes de résistance au mildiou, ce qui traduit bien nos efforts de recherche en la matière. » Par ailleurs, chaque obtenteur français détient sa collection privée de matériel génétique.

Source Réussir Grandes Cultures Février 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier