Productions végétales : Blé, orge d'hiver, escourgeon : une productivité céréalière correcte mais pas exceptionnelle

Aurélie BLONDON (CA89) et Laurent BERGERIS (Capserval) pour le Comité Technique de l'Yonne

Les partenaires des agriculteurs (organismes stockeurs, Service de la Protection des Végétaux, Arvalis et Chambre d'Agriculture) se sont réunis lors du Comité Technique de l'Yonne pour établir le bilan de campagne de la récolte 2008 en blé, escourgeon et orge d'hiver.

La productivité en blé dans le département devrait augmenter de 8 à 10 % avec une progression moyenne de plus 5 à 6 quintaux par hectare. La production Française devrait quant à elle, augmenter d'environ 9 quintaux par hectare; ces chiffres restant à confirmer, la récolte s'achevant à peine dans le Nord de la France.
La production des petites terres ou terres séchantes est supérieure à celle de l'année passée ( humidité régulière et pas d'échaudage). Pour les terres dites « de fond ou à plus fort potentiel », la disponibilité limitée en azote courant Avril (période humide et minéralisation réduite) et le manque de rayonnement courant première quinzaine de Juin ont provoqué une diminution de la fertilité épi, limitant ainsi le nombre de grains.
Globalement plus les terres sont « séchantes », plus les variétés ont été précoces, meilleurs ont été les rendements et plus les terres sont «froides» (plus hydromorphes), plus les variétés ont été tardives moins bons ont été les rendements.
Les taux de protéines, les poids spécifiques ainsi que la qualité sanitaire des grains sont cependant corrects malgré la présence de fusarioses localement importantes (nivale et roseum) sur épi.
Pour les orges d'hiver et escourgeons, les rendements sont satisfaisants voire très satisfaisants dans quelques situations. Il apparaît néanmoins que les semis trop précoces pour certaines variétés (Esterel, Arturio…) ont été pénalisées par les conditions climatiques de l'année. Le déficit de rayonnement de la première quinzaine de Juin a provoqué une réduction de la taille des enveloppes des grains; il explique souvent les écarts de calibrage et de rendement (perte de poids de mille grains). Rappelons que pour la récolte 2007, la période sèche en sortie d'hiver et les conditions humides de la récolte avaient fortement pénalisé la production.

Pièces jointes

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier