Rapport de la FAO : Agrocarburants et cultures vivrières

Gabriel Omnès

Faudra-t-il choisir entre cultures alimentaires et énergétiques ? Un rapport de la FAO affirme le contraire. Selon le document, « conjuguer la production de nourriture et d'énergie pourrait constituer une des meilleures formules pour accroître la sécurité vivrière et énergétique des pays, tout en réduisant la pauvreté ». L'étude s'appuie sur des exemples dans différents continents montrant que « les agriculteurs pauvres peuvent se servir des résidus de récolte du riz pour la bioénergie, ou encore, dans un système d'agroforesterie, des débris d'arbres utilisés pour la production de fruits pour cuisiner », explique Alexander Mueller, de la FAO. En jouant cette complémentarité, les agriculteurs pourraient ainsi remplacer les engrais chimiques par des sous produits de process énergétiques et consommer moins de combustibles fossiles. Cette économie permettrait l'achat d'autres intrants nécessaires aux gains de productivité, tels que des semences.

Villageois transportant du bois au Mali. (J.-F. Poulain / Afdi)

Villageois transportant du bois au Mali. (J.-F. Poulain / Afdi)

Source Réussir Grandes Cultures Avril 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 1

CLOCHE215

des leçons pour pleurer venant de personnes qui ont les poches bourrées de fric à tel point qu'elles ne peuvent plus bouger!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier