Réchauffement climatique : 300 millions de pertes en 2100

Nicole Ouvrard

L'observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (Onerc), composé d'un groupe interministériel d'experts, a tenté de chiffrer les conséquences du réchauffement climatique sur l'agriculture d'ici la fin du siècle.
En grandes cultures les modèles prévoient une hausse de rendement. Mais il est bon de nuancer ce résultat car il faut s'attendre à « des événements extrêmes, des variabilités interannuelles, des risques sanitaires et une baisse de disponibilité en eau ». Ces facteurs de variabilité sont mal pris en compte par les modèles. « La multiplication des événements de type canicule de 2003 pourrait représenter en 2100 plus de 300 millions d'euros par an pour le blé en l'absence de mesures d'adaptation. » L'Onerc lance quelques pistes d'adaptation : des systèmes agricoles alternatifs plus robustes et moins exigeants en eau, la création d'ouvrages de régulation des eaux et la diversification des systèmes de culture, permettant de combiner esquive, évitement et tolérance.

Les événements climatiques extrêmes du type de 2003 risquent de se multiplier. (B. Compagnon/Archives)

Les événements climatiques extrêmes du type de 2003 risquent de se multiplier. (B. Compagnon/Archives)

Source Réussir Grandes Cultures Novembre 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier