Recherche : Co-Extra préconise des zones dédiées pour les OGM

Christian Gloria

Le projet européen Co-Extra juge que la coexistence OGM-non OGM n'est possible qu'avec de très grandes distances d'isolement entre les parcelles.

Les scientifiques ont lancé un pavé dans la mare. « Nous avons pu constater sur le terrain que, par sécurité, les opérateurs emploient généralement un seuil pratique de détection des OGM de 0,1 %, bien en dessous du seuil d'étiquetage européen à 0,9 %, explique Yves Bertheau, chercheur à l'Inra et coordinateur de Co-Extra, un important projet financé par la Commission européenne sur la coexistence et la traçabilité des filières OGM et non-OGM. Cette réalité des pratiques prouve que la coexistence entre cultures OGM et non OGM n'est possible qu'en employant des distances d'isolement importantes ou des zones de production dédiées. »

Yves Bertheau : « Avec un seuil de 0,1 % et des cultures européennes se caractérisant souvent par de petits champs, la coexistence entre OGM et non OGM ne tient pas. » (C. Gloria)

Yves Bertheau : « Avec un seuil de 0,1 % et des cultures européennes se caractérisant souvent par de petits champs, la coexistence entre OGM et non OGM ne tient pas. » (C. Gloria)

Coexistence maîtrisable

L'analyse n'a pas manqué de faire réagir. « Préconiser le confinement des cultures OGM dans des zones dédiées est un scénario inacceptable et en contradiction avec la liberté de produire et de consommer avec ou sans OGM, communiquent Orama et le Gnis. Des travaux menés sur la culture du maïs Bt montrent que la coexistence est tout à fait maîtrisable. » Yves Bertheau ne conteste pas les résultats de ces travaux, sinon qu'ils ont été réalisés sur la base du seuil de 0,9 %. « Mais personne n'achète de produits sur la base de ce seuil en pratique », assène-t-il. L'association FNE voit dans les résultats de Co-Extra la confirmation que « la coexistence est impossible avec les pratiques agricoles actuelles. » Une vision partagée par onze États membres, qui ont officiellement demandé fin juin la possibilité d'interdire la culture d'OGM sur leur territoire.

Les résultats de recherche sur www.coextra.eu

Source Réussir Grandes Cultures Juillet-Août 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier