Récolte 2015 : les surfaces de blé tendre les plus importantes depuis 1936

Anne Sophie LESAGE

Récolte 2015 : les surfaces de blé tendre les plus importantes depuis 1936

Réunis mercredi, le conseil spécialisé filière céréales de FranceAgriMer, a communiqué les prévisions de surfaces pour la récolte 2015 ainsi que l’état des cultures au 4 mai.

D'après les estimations de FranceAgriMer, les surfaces semées en blé tendre pour la récolte 2015 seraient proches de 5,2 millions d’hectares (Mha), un chiffre aussi élevé n’avait pas été observé depuis 1936. Pour le blé dur, après 2 années de recul, les surfaces auraient progressé de 11% à près de 320.000 ha.

Les orges seraient en très léger retrait à 1,75 Mha : les orges d'hiver à 1,28 Mha, en progression de 4%, compensant en bonne partie le recul des orges de printemps à moins de 480.000 ha. Les surfaces en maïs reculeraient de 6,4% par rapport à 2014 pour atteindre 1,6 Mha. Le Colza serait également en baisse de 1,9%, à 1,475 Mha.

Des pluies bénéfiques

Au 4 mai 2015, l’épiaison a débuté en blé tendre (7 % des surfaces) et en orge de printemps (1 % des surfaces). Elle atteint 70 % des surfaces en orge d’hiver et 35 % en blé dur. En maïs grain, 82 % des surfaces ont été semées contre 78 % en 2014 à la même époque, et 58 % ont levé (52 % en 2014), dans de bonnes à très bonnes conditions.

Les pluies de fin avril et début mai ont été bénéfiques et ont permis d’éviter la dégradation des conditions de culture sur les terres superficielles. Elles ont toutefois engendré localement quelques inondations de surfaces de maïs grain qui venaient d’être semées ou qui étaient en cours de levée. Ce qui devrait nécessiter de nouveaux semis.

Les bonnes qualités d’implantation, les conditions météorologiques favorables, le bel état végétatif et l’état sanitaire satisfaisant des céréales à paille contribuent au maintien de leurs conditions de culture à un niveau élevé. Le potentiel de rendement est bon à très bon en ce début de mois de mai, sachant que l’ensoleillement, les précipitations et les températures de mai et juin seront déterminants pour la suite.

Source FranceAgriMer & Céré'Obs

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier