Réforme de la PAC : les ministres de l'UE trouvent une position commune

Cet accord ne reflète que la position du Conseil des ministres de l'UE (DR)

Les ministres européens de l'Agriculture ont laborieusement dégagé un accord, tard mardi soir, pour réformer la Politique agricole commune (PAC). Les ambitions initiales pour la rendre plus écologique et plus équitable ont été revues à la baisse.

Dacian Ciolos : « Le compte n'est pas encore là"

Réforme de la PAC : les ministres de l'UE trouvent une position commune

"Il y a des points dans votre approche générale que la Commission européenne ne peut pas accepter en l'état. Pour la convergence interne, l'ambition que vous avez mise sur la table n'est pas suffisante. Il est clair qu'il faudra aller plus loin", a prévenu le commissaire européen en charge du dossier, Dacian Ciolos, en s'adressant aux ministres.

 "Il y a des choses qui ont bien avancé sur le verdissement, sur les zones d'intérêt écologique. Mais avec le texte que vous avez sur la table, le compte n'est pas encore là", a-t-il ajouté, tout en se réjouissant que les négociations sur la réforme de la PAC puissent désormais entrer dans leur "phase finale".

Cet accord a été adopté par 25 des 27 États de l'UE, à l'exception de la Slovénie et de la Slovaquie, au terme de deux jours d'intenses négociations à Bruxelles.  Il ne reflète que la position du Conseil des ministres de l'UE et sera discuté dès le mois d'avril avec la Commission et le Parlement européen, qui a de son côté approuvé son propre projet de réforme le 13 mars dernier.

L’Irlande, qui assure la présidence semestrielle de l'UE, espère aboutir à un compromis avant la fin de son mandat, en juin, avec l'objectif d'une entrée en vigueur de la réforme en 2015. "C'est un grand pas en avant. On va vers un accord sur la réforme de la PAC", a déclaré le ministre irlandais de l'Agriculture, Simon Coveney, lors d'une conférence de presse. 

Si les ministres de l'Agriculture ont approuvé le principe de lier 30% des aides directes perçues par les agriculteurs au respect de certaines mesures vertes, ils ont prévu davantage de flexibilité et des exemptions aux règles sur le verdissement de la future PAC préconisées par la Commission européenne.

Baisse de 7 à 5% des surfaces  « d'intérêt écologique »

Dans son projet de réforme présenté en 2011, l'exécutif européen prône une diversification des cultures, le maintien de prairies permanentes et mise en place de 7% de surfaces agricoles d'intérêt écologique. Ce dernier chiffre a  été ramené à 5% par les Etats. 

Les ministres n'ont pas abondé non plus dans le sens de la Commission qui souhaite rééquilibrer totalement les aides entre les agriculteurs au sein de chaque pays via un paiement uniforme à l'hectare dès 2019 (principe de "convergence interne").

Maintien d'aides couplées à certaines productions

Divisés sur la question, les pays se sont finalement prononcés pour le maintien d'aides couplées à certaines productions afin de soutenir des secteurs en difficulté comme l'élevage laitier et la production de fruits et légumes. L'Allemagne était farouchement opposée à cette mesure, défendue notamment par la France, principale bénéficiaire de la PAC.

A la demande de Paris, les États auront la liberté de primer les premiers hectares de chaque exploitation agricole afin de favoriser les structures plus petites. Par ailleurs, l'accord prévoit de supprimer les quotas sucriers dès 2017, contre 2015 proposé par la Commission et 2020 par le Parlement, alors qu'approche la fin des quotas laitiers en 2015. 

Pour avoir le détail de l'accord, cliquez ICI

 

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 1

fairytales

bilan ?? statut quo betterave, prime aux 50 premiers ha , baisse de l'exigence set, peut une prime a la diversification en proteagineux..... ca sent la sodomie des zones intermediaires cerealieres ou il fallait plus d'hectares pour gagner sa vie , dans des sols , plus usant ( le travailler plus pour gagner ) ou le choix de diversification cultures sont tres limités, mais qui avait des jacheres en stock pour la set, bilan celui qui c'est gavé avec des betteraves pendant 50 ans on maintien le systeme qui bien souvent a de tres bonnes terres , dans ces memes terres là ou avec 120 ha on vivait bien sans trop de travail ( la surprime des 50 premiers ha ne les defavorisera pas contrairement au zone intermediaire ) ils peuvent faire toutes les cultures en diversification donc rafleront ces primes là , et la set qui n'augmente pas ....en gros le lobby cerelaiers etteraviers ile de france , nord oise , somme picardie....fait bien son boulot

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier