Rendements en baisse pour les cultures d’été et le colza

S C

Rendements en baisse pour les cultures d’été et le colza
Le rendement colza est estimé à 30,2 q/ha, soit 4 q/ha en deçà de la moyenne quinquennale.

Si les conditions estivales ont été plutôt favorables au rendement blé tendre, il n’en est pas de même pour les principales cultures d’été (maïs, tournesol, pomme de terre, betterave) et surtout pour le colza, révèle le ministère dans ces dernières statistiques.

Le rendement global du maïs-grain (hors semences) est estimé à ce stade à 88 q/ha, soit 6 q/ha de moins que la moyenne 2008-2012. Les semis ont été perturbés par le printemps froid et pluvieux et les parcelles non irriguées ont pâti de l’été sec. Le rendement  est proche de la moyenne en Bretagne, inférieur de 2 à 3 q/ha dans le Centre, en Poitou-Charentes et en Pays de la Loire, et en retrait plus net en Alsace, Midi-Pyrénées, Rhône Alpes et surtout en Aquitaine. La récolte, qui commence à peine dans la plupart des régions,  atteindrait 15,5 Mt (15 Mt en 2012), le gain de superficie compensant le faible rendement.

La production de tournesol atteindrait 1,7 Mt. Si elle a bénéficié d’une nette extension des surfaces, elle est pénalisée par une baisse de rendement de 2 q/ha par rapport à la moyenne, pour atteindre 22,4 q/ha.

Même constat pour les betteraves industrielles qui ont souffert du temps froid et humide lors de leur implantation. Leur rendement est estimé à 84 t/ha, soit 6% de moins que la moyenne des cinq dernières années. Sur un an, il se stabilise en Picardie mais recule de façon plus marquée en Champagne-Ardenne. Avec 33,2 Mt, la récolte serait légèrement inférieure à celle de 2012.

En pommes de terre, la production serait proche de la moyenne 2008-2012 (- 2 %)  pour la conservation et la demi-saison pour atteindre 4,9 Mt.

Mais c’est pour le colza que la chute est la plus marquée. La production, récoltée tardivement, est estimée à 4,3 Mt. Elle perdrait 20 % par rapport à la moisson abondante de 2012, et se situerait nettement en dessous de la moyenne quinquennale. La surface reculerait de 10 % sur un an, en raison notamment des non semis ou des retournements après les difficultés automnales d’implantation. Les régions Centre, Lorraine, et Poitou-Charentes accusent les baisses les plus marquées. Le rendement, estimé à 30,2 q/ha, s’établirait 4 q/ha en deçà de la moyenne quinquennale.

Source Agreste Conjoncture

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier