Toxicité des OGM : un "coup médiatique" d’après 40 chercheurs

Toxicité des OGM : un "coup médiatique"  d’après 40 chercheurs
Une première analyse sur l'étude du Pr Séralini par l'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (EFSA) est attendue cette semaine.

Des scientifiques de l'Inra, du CNRS et de l'Inserm dénoncent l'étude du professeur Gilles-Eric Séralini qui tend à démontrer la toxicité des OGM, criant au "coup médiatique" et appelant à sortir de "l'opposition idéologique" à cette technologie.

"Cette étude doit être considérée plus comme un coup médiatique que comme une révélation de résultats scientifiques", écrivent 40 chercheurs, principalement issus de ces trois organismes publics français qui réalisent études et expérimentations sur les OGM, dans une tribune publiée dans l'hebdomadaire Marianne.

L'étude menée par le professeur Gilles-Eric Séralini met en cause l'innocuité à long terme du maïs transgénique NK 603, mis au point par le groupe Monsanto. Ces scientifiques rappellent les principales critiques émises à l'égard de l'étude publiée le 19 septembre: "petite taille des effectifs par lot qui ne permet pas de tirer des conclusions statistiques sérieuses", "manque de précisions sur la composition de la nourriture donnée au rats" ou "lignée de rats qui développent spontanément des tumeurs".

Ils se disent également "étonnés" du fait que les pouvoirs publics français, "pourtant habitués à faire du zèle dans ce domaine", n'aient pas instauré un moratoire immédiat sur le produit concerné. "S'attendent-ils à une invalidation de cette étude par les instances d'évaluation officielles?", poursuivent-ils.

Une pétition pour  "un débat raisonné sur les OGM"

Par ailleurs, près de 140 chercheurs, dont une partie est signataire de la tribune, ont signé aussi une pétition lancée sur le site du CNRS qui appelle à "un débat raisonné sur les OGM". L'hypermédiatisation, savamment organisée, de cette étude" fait partie des "entraves à un débat serein", écrivent les chercheurs, qui appellent à ne pas faire "l'impasse" sur des technologies qui peuvent, selon eux, permettre de répondre à "des défis majeurs" comme le changement climatique et l'accroissement rapide de la population mondiale. "C'est de ce débat dont nous avons besoin, pas d'une opposition stérile, souvent idéologique, et volontairement stigmatisante".

Sur le même sujet

Commentaires 3

gredd

les agriculteurs ne savent que penser ... mais on ne pourra continuer longtemps a ne pas produire d'ogm en france(pour contenter tous les anti ogm ) alors qu'on en importe des milliers de tonnes...; les agriculteurs souhaiteraient plutot d'interdire les importations...mais est ce possible avec l'o m c ..?

Insurrection

HAHA! on voit l'orientation scietifique et le niveau de précaution conseilé par les gens de "Plein champs"... Identique à "Le Monde" ou "le progrès". Les organismes INRA, CNRS, INSERM ne font pas d'expérimention et de recherche sur les domaine qui dérangent comme les OGM... Ils font simplement des certificat d'innocuité, c'est différent : une expériencez, ça se doit de durer plus de 3 mois.. http://tempsreel.nouvelobs.com/ogm-le-scandale/20120920.OBS3130/ogm-9-critiques-et-9-reponses-sur-l-etude-de-seralini.html

Au passage, vous, les paysans, vous qui cultivez et qui ne détruisez pas le peu de biodiversité qu'il reste, vous les prêtres de l'agriculture moderne, vous connaissez ce fruit? http://blogs.mightyprods.com/blogs/blabla/16/140

SERGENKA

ah oui Monsanto a réussi à trouver 40 " scientifiques" pour demontrer que cette étude ne vaut rien ! sont forts quand meme...enfin ,sont riches..On n'en veut pas des OGM ! pas la peine d'en cultiver , personne n'en veut

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier