Traitement alternatif : Projet d'envergure sur les SDN

Christian Gloria

Le projet Défi-Stim apportera un financement conséquent pour un programme de recherche de trois ans

Quatre pôles de compétitivité(1), douze partenaires dont quatre entreprises(2), le Fonds unique interministériel (FUI) comme soutien financier… le projet Défi-Stim est sur de bons rails. Défi-Stim est un programme de recherche de trois ans portant sur les stimulateurs de défense naturelle des plantes (SDN).
Appliquées sur des cultures, ces substances simulent une agression qui provoquent des réactions de défense contre tout parasite. L'action anti-parasitisme ainsi générée peut durer plusieurs semaines.
Mais ces SDN recèlent beaucoup d'inconnues sur leurs modes d'actions. Défi-Stim a pour objectifs d'acquérir de nouvelles connaissances sur les SDN, d'identifier les conditions optimales d'efficacité sur le terrain et de déterminer les différents facteurs qui influencent cette action. Des outils d'aide à la décision seront élaborés pour optimiser l'utilisation des SDN.

Un marché de 50 millions d'euros

Les scientifiques vont travailler dans un premier temps sur le pommier, la vigne et la pomme de terre. Le budget de Défi-Stim s'élève à 3,176 millions d'euros dont 1,322 million provient du FUI. Les SDN sont une alternative à l'utilisation des produits phytosanitaires. Ils représentent un marché potentiel estimé à 50 millions d'euros en France à l'horizon 2018, date butoir du plan Écophyto.

(1) Vegepolys, IAR, Q@limed et Valorial.
(2) Syngenta, Goëmar, Force A et In Vivo.

Source Réussir Grandes Cultures Octobre 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier