Traitement de semences insecticide : L'homologation du Cruiser renouvelée sur maïs

Christian Gloria

Après une homologation pour la seule année 2008, l'insecticide de traitement de semences Cruiser est à nouveau autorisé à l'usage sur maïs jusqu'au 15 mai 2009.

Homologué déjà en 2008 pour un an seulement comme traitement de semences du maïs, Cruiser a eu l'aval de Michel Barnier, ministre de l'Agriculture, pour une autorisation d'usage prolongée… jusqu'au 15 mai 2009. Syngenta Agro qui commercialise le produit espérait « une réelle homologation qui perdure ». C'est raté. Mais la société agrochimique doit-elle faire la fine bouche ?
L'utilisation de Cruiser reste assorti de diverses contraintes reprenant peu ou prou celles déjà exigées pour 2008. Son usage concerne tous les maïs à l'exception du maïs doux et du maïs porte-graines mâle. Une parcelle ne peut recevoir qu'une année sur trois des semences traitées Cruiser. Autrement dit, il est interdit de semer des maïs traités Cruiser sur une parcelle qui en a déjà reçu au printemps 2008.
Le ministère de l'Agriculture a tenu compte du rapport de l'Afssa sur « l'évaluation de la préparation Cruiser », diffusé le 23 octobre dernier. Le document faisait état dernier « de la mise en évidence d'une dispersion de thiaméthoxam (ndlr : la molécule insecticide du Cruiser) via les poussières au semis ».

Les apiculteurs demandaient au ministère de renoncer à son homologation, Syngenta Agro espérait une homologation réelle. Le Cruiser est autorisé sur maïs jusqu'au 15 mai 2009. (M.-A. Carré/Archives)

Les apiculteurs demandaient au ministère de renoncer à son homologation, Syngenta Agro espérait une homologation réelle. Le Cruiser est autorisé sur maïs jusqu'au 15 mai 2009. (M.-A. Carré/Archives)

Plan poussières

Michel Barnier annonce un renforcement des conditions d'enrobage des semences dit « plan poussières », qui seront précisées par un arrêté ministériel.
Les agriculteurs auront, en plus, l'obligation d'équiper leurs semoirs de déflecteurs visant à limiter les émissions de poussières lors des semis. Par ailleurs, le protocole de suivi du Cruiser est renforcé par rapport à l'an passé.
Des associations apicoles et environnementales craignaient l'autorisation du Cruiser et demandaient au ministère de l'Agriculture d'y renoncer. FNE met en avant le classement de Cruiser comme dangereux pour l'environnement. Selon l'association, « l'insecticide comporte des risques majeurs pour les abeilles ». La décision du ministre ne manquera pas de faire réagir.

Source Réussir Céréales Grandes Cultures Janvier 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier