Trop de mitadin dans le blé dur français

Nicole Ouvrard - Réussir Grandes Cultures Septembre 2012

Trop de mitadin dans le blé dur français
La qualité médiocre du blé dur français va le pénaliser à l'international. © J.-C. Gutner

Le blé dur, comme le blé tendre,  a lui aussi été affecté par le temps pluvieux estival de 2012. « Dans le Sud-Ouest, la moitié des tonnages sont touchés. Dans le Centre, la proportion est moins élevée, mais s’y ajoutent des problèmes de fusariose », explique Gautier Le Molgat, d’Agritel. Tant chez Arterris, dans le Sud-Ouest, que chez Axéréal pour le Centre, on parle d’un taux de mitadin allant jusqu’à 40. « Il est tout de même possible de vendre pour le débouché pâte ou semoule, mais on se bat sur un marché à l’export, face aux Canadiens qui ont une excellente qualité », poursuit Gaultier Le Molgat. « Il n’est pas impossible que l’on retrouve du blé dur en alimentation animale avec une valorisation pour la teneur en protéines », estime François Pignolet, d’Axéréal. 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier