UE : Les surfaces agricoles plantées en OGM reculent

Les surfaces agricoles sur lesquelles sont cultivées des plantes génétiquement modifiées dans l'UE ont reculé de 23% en 2010 par rapport à 2008, selon un rapport des Amis de la Terre.

Seuls deux variétés transgéniques sont actuellement cultivées dans l'UE : le maïs MON-810 de l'américain Monsanto et la pomme de terre Amflora de l'allemand Basf. Ces deux types de cultures ne couvraient plus que 82.254 hectares contre 106.739 ha en 2008 dans les huit pays de l'UE autorisant ces plantations, soit une chute de 23%, selon un décompte effectué par l'ONG sur la base de chiffres et estimations officiels.

L'Espagne compte plus de 80% des champs d'OGM en Europe, où pousse principalement du maïs MON-810. La Bulgarie a rejoint début février les pays interdisant la culture de cette plante : France, Allemagne, Hongrie, Luxembourg, Grèce, et Autriche.

La pomme de terre Amflora n'est, elle, cultivée depuis 2010 que dans trois pays de l'Union européenne (Suède sur 103 ha, Allemagne 15 ha et République tchèque 150 ha). « L'Europe est la seule région au monde autorisant la culture commerciale de pommes de terre génétiquement modifiées », dénoncent Les Amis de la Terre, rappelant que le feu vert a été donné en mars 2010 à Basf par le nouveau commissaire européen à la Santé John Dalli pour la production d'amidon pour l'industrie du papier et d'aliments pour animaux.

La Hongrie, soutenue par la France, la Pologne, le Luxembourg et l'Autriche, a porté plainte devant la Cour européenne de justice contre l'autorisation de cette pomme de terre. La législation européenne interdit les plantes présentant des gènes résistants aux antibiotiques en raison des dangers pour la santé humaine.

Le rapport des Amis de la Terre, intitulé « Qui tire profit des plantes génétiquement modifiées ? », rappelle enfin que 169 régions, 123 provinces et départements ainsi que 4.713 conseils municipaux se sont officiellement déclarés « zones dépourvues d'OGM » dans l'UE.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier